Je m'abonne

La Révolution française et la naissance du féminisme américain

OZY

Le 20 janvier 1793, le roi Louis XVI est guillotiné. Trois jours plus tard, la France rappelle son ambassadeur à Londres, cessant toutes relations diplomatiques avec l’Angleterre. L’événement, qui marque l’une des premières victoires de la Révolution française, retentit jusqu’à Boston : les hommes descendent dans la rue et pour la première fois, des femmes défilent elles aussi.

En inspirant les Américaines à s’impliquer en politique, explique le webmagazine OZY, les femmes de la Révolution française ont participé de la naissance du mouvement féministe aux Etats-Unis — près d’un siècle avant l’essor des « suffragettes ».

A lire via OZY.

  • Bonjour,

    La France oui, mais pas que. C’est par les femmes que l’œuvre de rénovation sociale s’accomplit au XVIIIe siècle ; cette œuvre prit un élan extraordinaire et se manifesta dans tous les pays à la fois.
    – En Angleterre, Mary Hartelle, qui mourut en 1731, fut le véritable pionnier du mouvement féministe anglais. Elle publia un livre intitulé « Sérieuses propositions dédiées aux femmes pour l’avancement de leurs vrais et plus grands intérêts ». Elle réclamait des droits égaux à ceux des hommes, comme toutes les Anglaises.
    – En Suède, Anna-Charlotte Leffler fut un des écrivains les plus en vue de l’école réaliste suédoise ; elle dit que pour elle « la féministe est une révoltée », comme, du reste, tous les êtres bons, généreux et nobles, hommes ou femmes, sont des révoltés. Ils poursuivent le développement intégral de leur individualité, ils veulent être eux-mêmes, et non des personnages conventionnels, façonnés d’après des formules. Elle développa cette thèse dans des comédies : « Vraies femmes », « Bonheur de famille », « Tante Malvina » ; dans toutes le même sujet revient : le combat des révoltés contre la convention et le mensonge du monde, contre la corruption des soutiens de la vieille société.
    – En France, une femme extraordinaire, Marie-Pauline de Lezardière, publia un livre qui ouvrit une voie nouvelle aux études historiques.
    C’est l’esprit émancipé de la femme qui jeta dans le monde les grandes idées de liberté et de justice. C’est elle qui fit un retour vers la nature, inspira à l’homme l’idée d’en étudier les lois et l’aida dans cette étude. C’est elle qui jeta la première le cri de liberté, l’amour de la liberté étant le plus fort de tous ses instincts : pour elle il renferme tout, il signifie : bonheur, justice, progrès, lumière, amour. Dès que les femmes s’aperçurent qu’une issue était possible pour sortir de leur servitude, elles travaillèrent avec ardeur à conquérir ce bienfait immense. Il y eut des héroïnes et des martyrs. C’est alors que Condorcet, dans son admirable « Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain », déclara nettement l’égalité des deux sexes et affirma que de la reconnaissance de cette égalité dépend le perfectionnement social.

    La suite : https://bit.ly/2I6iQiW

    Cordialement.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *