Je m'abonne

La source française du Trumpisme

Steve Bannon est le conseiller le plus écouté de Donald Trump — son Raspoutine, disent certains. Il serait l’idéologue du régime, ce qui effraie ses adversaires. Ancien financier et entrepreneur de presse, Bannon n’est pas a priori un intellectuel reconnu. D’où puise-t- il sa vision de l’Occident, qu’il considère comme décadent et compte engager dans un conflit manichéen avec le monde non chrétien ?

A la suite d’une rencontre avec un diplomate français à Washington, Bannon a révélé que son maître à penser était Charles Maurras. Philosophe réactionnaire des années 1930 et penseur du parti d’extrême-droite Action Française, Maurras inspira toute une génération d’intellectuels nationalistes et rassembla la jeunesse monarchiste autour du Maréchal Pétain dans le régime de Vichy. Bannon a cité au diplomate une célèbre maxime de Maurras distinguant « le pays légal » (la république démocratique et ses élus) du pays « réel » (le peuple cher à Trump et à Marine Le Pen). Selon Bannon, Trump représenterait le pays réel, charnel, organique, contre le pays légal, abstrait et lointain. Cette distinction chère aux populistes de droite et aux communistes est en réalité absurde, puisqu’en démocratie chacun a une voix, qu’il soit réel ou légal. Mais cela explique l’obsession du recomptage des voix chez Trump, de manière à montrer que ses électeurs constituent une majorité à la fois légale et réelle.

Bannon, comme Maurras, est catholique et comme Maurras en son temps, ses relations avec le pape sont exécrables. Bannon estime le Pape trop progressiste. Maurras, qui fut excommunié, déclarait volontiers qu’il était « catholique mais pas chrétien », se reconnaissant dans la société hiérarchique et autoritaire de l’Eglise, dans ses fastes et cérémonies, mais pas dans son message universel et charitable. On devine que Bannon, en relation avec les cardinaux les plus conservateurs, pense de même. Maurras était monarchiste. Bannon ne peut pas l’être, mais sa conception de la présidence américaine est certainement autoritaire.

Poursuivant le parallèle, Bannon, comme Maurras, définit l’Amérique par opposition à un bouc émissaire : la république et les Juifs chez Maurras, l’Islam chez Bannon. Mais il ne semble pas que Maurras envisageait une fin des temps imminente (encore que le nazisme fut une sorte d’Armageddon). Bannon, quant à lui, attend l’Apocalypse et peut-être l’espère-t- il aussi. Souhaitons seulement qu’il ne la provoque pas !

  • J’espere pouvoir faire lire cet article a plusieurs personnes.
    Je remercie ceux qui choisisent les commentaires de France Amerique.

  • vous est supposes etres des reporter c’est a dirte des gens qui rapportent la verite. vous ne vivez pas aux USA. moi oui depuis 40 ans et j’y suis heureus et tant mieux pour Trump! vous feireix mieux de decriere les farces de votre gouvernement actuel, mais voila vous avez uneopinion et vous essayer d’en convaincre vos lecteurs… viys feriex nieux de soigner vos problemes d’abord!. allez vous pooster ceci?? biens ur que non, parsque que vous n’etes pas des reporters.

  • The distinction between the dictates of the legal and ‘real’ worlds is important to understand but its effect on ones actions is scary to think about.
    Thank you for that.

  • So Jean Nairalbol has lived in the USA at least 40 years. So what? Merely living here does not make one an expert on anything — especially if one has not obtained a good education and good communication skills (and I seriously question his/hers). I am a tenth-generation American and have had family members who have been active participants in the growth of this country since the 1600s, and I applaud your reporter’s story and insight. I have also been a journalist and deplore/detest the behavior or the boorish person who thinks he’s our president, yet knows nothing and apparently cares less about our Constitution, its values and its guarantees of Freedom of the Press, among others. He’s a would-be dictator who depends on the advice of an individual who seems to think that Party and Power (the Republican mantra) will make this country « great again. » They’re both deluded and very dangerous to our country. I strongly suspect that the Jean Nairalbols of this country will soon have cause to regret their blind support of this unholy duo. And, yes, better to write this in English than in my college-level French in which I would probably make a fool of myself ( à la Jean N) and a hash out of your beautiful language.

      • Charle Maurras était anti-germain. Le gouvernement de Vichy n’a jamais était pro-allemand. Ils ont juste évité les pots cassés.

      • @Mélanie: Effectivement: Un livre a toujours deux auteurs : celui qui l’écrit et celui qui le lit,vous ne semblez pas faire de difference… cqfd
        @Yohann « Le gouvernement de Vichy n’a jamais était pro-allemand » Les otages fusillés les juifs déportés, arrêtés par la police de Vichy? Regarderz la serie « Un village Francais » et on en reparlera…

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related