Je m'abonne

The New York Times

En France, les centres-villes se vident et meurent

Les ruelles sont désertes, les épiceries fermées, les cafés abandonnés. Petites enseignes et entreprises ont quitté le centre-ville, absorbées par les centres commerciaux installés en périphérie où les loyers sont bas et les places de parking gratuites et nombreuses. Les petites villes de France se vident, déplore le New York Times.

Dans le sud-ouest de la France, la ville d’Albi — 49 000 habitants — illustre ce phénomène. Le journaliste Adam Nossiter, qui s’est rendu à Albi pour la première fois en 1981, se souvient d’une « ville animée », « un joyau français dont des briques ocres faisaient écho au soleil méridional ». Aujourd’hui, constate-t-il, la ville n’est plus qu’une succession « de places piétonnes sans âme et de bâtisses à vendre ».

A lire via The New York Times.

 

  • Qu’est-ce qu’on apprend ? Les petits commerces sont partis ?!
    En français, on appelle ça « Découvrir l’Amérique ». Si, si, sans blague.
    Pour taper à côté de la plaque, les journalistes du NYT en France sont en 1ère division depuis de longues années. Circulons, il n’y a rien à voir ici.

  • Lorsque je lis le texte du NYT, je me dis que le journaliste qui a écrit cet article n’a pas dû se rendre à Albi, car s’il s’était déplacé réellement, il n’aurait pas pu écrire autant d’absurdité et n’aurait pas pu prendre des photos aussi « moches ». Quelle tristesse ! Je ne reconnais en rien cette si belle ville où la vie est si douce et si paisible. Tant de méchanceté me déconcerte !

    même dans cet article , C’est d’une grande tristesse…
    Certes, certaines boutiques ferment en centre ville, mais en général dans les rues les plus
    commerçantes, elles trouvent rapidement un repreneur.
    Contrairement à ce que j’ai pu lire, Albi est une ville vivante, elle accueille de nombreux étudiants, il fait bon y vivre,

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *