Je m'abonne

Vaste opération de police dans le quartier de La Villeneuve à Grenoble

Une vaste opération de police, impliquant plus d’une centaine d’hommes, a eu lieu mercredi à l’aube dans le quartier de La Villeneuve, à Grenoble, récemment théâtre de violences urbaines, débouchant sur le placement en garde à vue de quatre hommes, à la veille d’une visite du ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux.

Ces quatre hommes, dont deux mineurs, ont été placés en garde en vue à l’hôtel de police dans le cadre de l’enquête sur le braquage, à la mi-juillet, d’un casino en Isère. La mort de l’un des braqueurs, Karim Boudouda, 27 ans, abattu par la police au cours d’un échange de tirs, avait entraîné trois nuits de violences urbaines à la Villeneuve, où habitait le jeune homme. « Ce jour, à partir de 6H00 du matin (…), il a été procédé à quatre interpellations (deux majeurs, deux mineurs) au cours d’une vaste opération sécurisée. Ces personnes, habitant toutes à Grenoble, quartier de La Villeneuve, ont été placées en garde à vue », a indiqué le parquet de Grenoble dans un communiqué. Les arrestations, opérées sur commission rogatoire d’une juge d’instruction, se sont déroulées dans le calme. On ignore si le complice en fuite de Boudouda figure parmi les personnes mises en garde à vue, d’autant que l’opération de police visait, au départ, six suspects. Les interpellations ont été notamment menées par le RAID et le Groupe d’Intervention de la Police nationale (GIPN) et entrait dans le cadre de l’information judiciaire ouverte après le braquage du casino d’Uriage-les-Bains (Isère).

L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Grenoble. « La police judiciaire procède à un certain nombre d’investigations dont le but est d’identifier le complice de Karim Boudouda », a déclaré une source proche de l’enquête aux journalistes qui l’interrogeaient sur la présence éventuelle de ce complice parmi les interpellés. Les arrestations ont été décidées sur la base d’éléments de la police scientifique ainsi que d’analyses balistiques, a assuré à l’AFP le responsable en Isère du Syndicat des gardiens de la paix-Force ouvrière, Daniel Chomette. Selon lui, les enquêteurs semblent par ailleurs « convaincus » qu’un « réseau » de truands est à l’origine du braquage. Une trentaine de voitures aux vitres teintées emportant des hommes du GIPN et des véhicules de Compagnies républicaines de Sécurité (CRS) avaient quitté peu avant 6H00 l’hôtel de police pour la Villeneuve, où ils sont arrivés dans la discrétion, a constaté une journaliste de l’AFP. Des opérations ont été conduites simultanément en plusieurs lieux, des policiers du Raid et du GIPN pénétrant dans des immeubles gardés par des CRS. C’est dans l’un de ces immeubles, situé près de la galerie marchande où a été tué Boudouda, que les quatre arrestations ont été opérées.

Ailleurs, deux perquisitions ont été menées et des objets saisis, a constaté l’AFP. Brice Hortefeux est attendu à Grenoble jeudi pour installer le Groupe d’Intervention régional (GIR) de l’Isère, dont la création avait été annoncée par le président de la République Nicolas Sarkozy après les violences urbaines. Les GIR sont destinés à lutter contre l’économie souterraine dans les grandes agglomérations.

Related