Je m'abonne

La Première Guerre mondiale en France à travers l’objectif de Lewis Hine

Il y a tout juste un siècle, la Première Guerre mondiale touchait à sa fin en France. A cette époque, le photographe américain Lewis Hine parcourt le pays afin de documenter le travail de la Croix-Rouge américaine auprès des réfugiés, des orphelins et des soldats blessés. Invisible depuis des décennies, son bouleversant reportage a été rendu public récemment par la Bibliothèque du Congrès.

Lewis Hine est aujourd’hui reconnu comme l’un des plus importants photographes américains du XXe siècle. Il est surtout célèbre pour ses émouvants portraits d’immigrants à Ellis Island, d’enfants au travail dans les usines ou à la mine, et d’ouvriers en équilibre dans les airs sur les poutres métalliques de l’Empire State Building en construction.

Durant la Première Guerre mondiale, Hine devint photographe pour la Croix-Rouge, avec pour mission de témoigner de la destruction de l’Europe et de ses besoins humanitaires. Au cours du printemps et de l’été 1918, il photographia des centaines et des centaines de réfugiés de guerre, d’orphelins, de soldats américains hospitalisés, d’infirmières et de volontaires, ainsi que les champs de ruines du pays.

Le but premier de ces clichés était d’encourager le soutien à la Croix-Rouge du public américain. Certains de ces clichés ont été publiés dans les bulletins de l’association humanitaire, mais la plupart ont rejoint les archives de l’organisation, où ils sont restés invisibles pendant près d’un siècle.

A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la Croix-Rouge avait confié sa collection — environ 50 000 clichés — à la Bibliothèque du Congrès. Ce travail de Hine fut « perdu » en raison d’un code d’archivage qui trompa les historiens pendant près de quarante ans. L’auteur Daile Kaplan est récemment parvenue à déchiffrer ce code et à retrouver les clichés de Hine, permettant ainsi au public de découvrir les meilleures de ses photos « perdues », et rendant enfin justice à cet authentique pionnier du photojournalisme.

 

lewis-hine-france-ww1-american-red-cross-library-of-congressLes troupes américaines défilent place d’Iéna et avenue du Président Wilson à Paris, le 4 juillet 1918.

 

lewis-hine-france-ww1-american-red-cross-library-of-congress

Après l’exercice d’évacuation incendie, les infirmières en ligne devant le 60 rue Saint Didier, où la Croix-Rouge américaine prépare des « colis pour le front ».

 

lewis-hine-france-ww1-american-red-cross-library-of-congress

Soldat français au visage mutilé, portant le menton artificiel fait par Madame Ladd de la Croix-Rouge américaine.

 

lewis-hine-france-ww1-american-red-cross-library-of-congress

Vue des destructions de Lens, 11 avril 1919.

 

lewis-hine-france-ww1-american-red-cross-library-of-congress

Chauffeurs du Comité américain pour les blessés français. Elles avaient aidé la Croix-Rouge en conduisant des voitures pour le Bureau des enfants, mais sont désormais rattachées au Service de Santé, sous l’autorité du Gouvernement français.

 

lewis-hine-france-ww1-american-red-cross-library-of-congress

Dans les bras d’une infirmière de la Croix-Rouge américaine et sous les drapeaux croisés français et américain, des jumeaux qui ont à peine deux semaines. Leur père a été tué au front quatre mois plus tôt et, avec leur mère, ils ont été pris en charge par la Croix-Rouge américaine.

 

lewis-hine-france-ww1-american-red-cross-library-of-congress

Château de Grand Val, Sucy-en-Brie. Petits réfugiés de Saint Sulpice à la campagne. Le soldat français estropié à gauche de l’image est l’un des partenaires de jeux préférés des enfants de Grand Val. Ce vaste domaine près de Paris a été transformé afin d’accueillir les plus fragiles des petits réfugiés de Saint Sulpice. La Croix-Rouge américaine a envoyé médecins et infirmières afin de s’occuper de ces patients qui se remettent à merveille dans cet environnement sain.

lewis-hine-france-ww1-american-red-cross-library-of-congress

Un soldat afro-américain fait le show sous une tente de la Croix-Rouge américaine à Orléans. Septembre 1918.

 

lewis-hine-france-ww1-american-red-cross-library-of-congress

Bonjour. L’heure d’ouvrir pour la journée la tente récréative de la Croix-Rouge américaine à l’hôpital militaire N°5 à Auteuil.

 

=> Retrouvez l’ensemble des photos de Lewis Hine pour la Croix-Rouge américaine sur le site de la Bibliothèque du Congrès.

  • Never forget les braves combattants de la Grande Guerre 14-18. Merci à l’Amérique pour le sacrifice de ses soldats.

    Pupille de la nation de la Première Guerre mondiale

  • Thank you for posting these wonderful historical photographs. The photo of the Eiffel Tower is a classic.

  • Related