Je m'abonne

Yémen: le colis piégé programmé pour exploser au-dessus des États-Unis

Le colis piégé retrouvé fin octobre dans un avion faisant escale à l’aéroport régional anglais de l’East Midlands, en provenance du Yémen, était programmé pour exploser « au-dessus de la côte est des Etats-Unis », a annoncé mercredi la police britannique.

« Un examen détaillé a permis de montrer que, si l’engin explosif avait été activé (comme programmé), cela aurait eu lieu à 10H30 (09h30 GMT) vendredi 29 octobre. Si l’engin explosif n’avait pas été retiré de l’avion, l’activation aurait pu avoir lieu au-dessus de la côte est des Etats-Unis », a indiqué Scotland Yard dans un communiqué. L’avion-cargo qui contenait le colis avait atterri à l’aéroport de l’East Midlands (centre de l’Angleterre), en provenance de Cologne, en Allemagne, à 01h13 GMT. Le colis a été désamorcé à 06h40 GMT environ, a précisé la police dans un communiqué, soit approximativement trois heures avant son explosion programmée. Ces indications semblent ainsi contredire les déclarations, la semaine dernière, du ministre français de l’Intérieur, Brice Hortefeux, qui avait affirmé que le colis avait été « désamorcé 17 minutes avant l’explosion prévue ». Le ministre britannique des transports Philip Hammond avait dit ne disposer d' »aucune indication » permettant de corroborer ces déclarations. La Maison-Blanche n’avait pas non plus confirmé les propos du ministre.

Deux colis piégés en provenance du Yémen et à destination des Etats-Unis avaient été interceptés le 29 octobre, respectivement au Royaume-Uni et à Dubaï. Ils étaient adressés à des lieux de culte juifs à Chicago (Etats-Unis). L’un des deux paquets avait été découvert à l’aéroport de l’East Midlands. L’engin était « opérationnel et aurait pu exploser », avait dit la ministre britannique de l’Intérieur, Theresa May. Selon Washington, les colis piégés ont été conçus par Ibrahim Hassan al-Asiri, l’artificier d’Al-Qaïda. Ils auraient pu exploser en vol ou au sol, ont souligné les autorités des différents pays concernés. Les explosifs, de la penthrite, étaient dissimulés dans des recharges d’encre pour imprimantes

 

Related