Subscribe

France et Etats-Unis champions du “scepticisme” sur le commerce international

Français et Américains se distinguent par leur “scepticisme” sur les bienfaits économiques du commerce international et des investissements étrangers, tranchant avec l’enthousiasme des pays en développement, indique une étude publiée mardi aux Etats-Unis.

“Cette vague de scepticisme pourrait compliquer les efforts actuels des gouvernements visant à approfondir et étendre les marchés mondiaux”, affirme l’institut de recherche Pew, en référence notamment à l’accord de libre-échange actuellement en discussion entre les Etats-Unis et l’Union européenne. Seuls 20% des Américains pensent ainsi que le commerce international est créateur d’emplois, contre 54% en moyenne dans les 44 pays couverts par cette enquête.

Le rachat d’entreprises par des investisseurs étrangers n’est par ailleurs vu comme une “bonne chose” que par 28% des Américains, contre 45% pour l’ensemble de l’échantillon mondial. “On retrouve aux Etats-Unis un des plus hauts niveaux de scepticisme sur le commerce et l’investissement étranger”, souligne l’institut Pew, qui fait remonter ce changement d’attitude aux années précédant la Grande Récession de 2007-2008.

Les Français ne sont pas en reste et sont près de 50% à voir le développement du commerce mondial comme un facteur de destruction d’emplois, contre 19% pour le reste du globe. Près d’une majorité d’entre eux (47%) pensent également que l’accélération des échanges commerciaux se traduit par une baisse des salaires, tranchant avec les 21% du reste de l’échantillon. Près de 70% d’entre eux – contre 46% au niveau mondial – affichent par ailleurs de fortes réserves sur les OPA menées par des entreprises étrangères, en ligne avec les réticences affichées récemment par les autorités françaises sur Dailymotion ou Alstom.

D’après l’institut Pew, ces réserves, également très fortes au Japon et en Italie, sont plus généralement le fait des économies riches alors que les pays en développement font preuve d’un enthousiasme bien plus marqué. Près de 90% des personnes interrogées dans ces pays voient ainsi l’expansion du commerce international comme une “bonne chose” et, pour 66% d’entre elles, comme un facteur de créations d’emplois.

Les Tunisiens, les Ougandais et les Vietnamiens figurent parmi les plus enthousiastes, selon l’enquête. “Ce sentiment (…) pourrait venir de l’expérience en Chine et ailleurs où le renforcement des liens commerciaux internationaux a été associé à davantage de perspectives d’emplois et de plus hauts revenus,” note l’étude.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related