Subscribe

François Hollande se félicite du rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis

Le président français François Hollande a salué jeudi le rapprochement spectaculaire intervenu la veille entre les États-Unis et Cuba, estimant qu’il fallait mettre fin “une fois pour toutes” à la guerre froide.

“Le geste de Barack Obama est important et il permet de créer une détente”, a déclaré M. Hollande à son arrivée au sommet européen à Bruxelles, ajoutant: “La guerre froide, ça doit être terminé, une fois pour toutes”. “Je trouve dommage qu’on ait attendu aussi longtemps mais c’est bien”, a poursuivi le chef de l’Etat français. Observant que “la France a toujours eu des relations diplomatiques avec Cuba” et que l’ancien président “Fidel Castro était venu en France à plusieurs reprises”, il a estimé qu’il n’avait “pas besoin” de se “précipiter” à Cuba.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait salué mercredi le rapprochement entre Washington et La Havane, espérant qu’il aboutirait à la levée de l’embargo économique imposé à l’île communiste. Paris, avait-il rappelé, s’était engagé sans attendre ces dernières années en faveur du rapprochement entre l’Union européenne et Cuba. Aucun président français n’a visité Cuba depuis la révolution de 1959. Fidel Castro s’est en revanche rendu en France sous la présidence de François Mitterrand, qui avait rendu visite au chef de l’État cubain à La Havane avant son accession à l’Élysée.

De son côté, le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a salué jeudi un geste d’une “importance historique” même s’il ne change rien à la position commune des Européens concernant ses rapports avec l’île. L’UE a voulu “mettre en évidence la dimension porteuse d”espoir de cette nouvelle situation”, a-t-il déclaré à l’issue du sommet européen. “Nous avons convenu que l’avenir du peuple cubain serait construit sur la base de la démocratie et des droits de l’homme”, a-t-il ajouté.

Les relations entre l’UE et Cuba sont officiellement suspendues depuis 2003, quand le régime castriste avait emprisonné 75 dissidents en réponse à des appels de l’Europe en faveur d’un plus grand respect des droits de l’homme dans l’île. En février, les 28 pays de l’UE ont approuvé l’ouverture d’un dialogue visant à normaliser les relations avec Cuba afin d’encourager La Havane à poursuivre les réformes dans le domaine des droits de l’homme. Cette proposition a été acceptée en mars par Cuba qui souhaite que l’UE abandonne sa “position commune” – en vigueur depuis 1996 – qui conditionne la coopération européenne avec le régime communiste à des avancées démocratiques, notamment en matière de droits civiques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related