Subscribe

Frédéric Lefebvre, l’opposition médiatique

Un peu moins d’un mois après son élection, Frédéric Lefebvre tente de faire adopter rapidement ses promesses de campagne. A quels résultats est-il parvenu ?

Difficile, voire impossible pour les Français de l’Hexagone de ne pas avoir appris le retour du médiatique Frédéric Lefebvre à l’Assemblée. Jusqu’au Petit journal de Canal + (à partir de 00’30), on a parlé – et on s’est moqué – de son retour. Fraîchement élu député d’Amérique du Nord, Frédéric Lefebvre a multiplié les interventions à la radio et à la télévision. Et, comme il est de coutume à l’Assemblée, le député nouvellement élu a pu poser une question lors de se première séance dans l’hémicycle. Il a consacré son intervention à la situation des infirmières françaises de Montréal, qui rencontrent actuellement un problème de reconnaissance de diplôme. Pendant la campagne, Frédéric Lefebvre avait en effet promis qu’il s’occuperait de leur cas. Une promesse bien peu risquée, Hélène Conway-Mouret, ministre en charge des Français de l’étranger ayant déjà annoncé qu’un groupe de travail franco-québécois serait constitué sur ce sujet. Mais, vigilant, Frédéric Lefebvre a promis qu’il suivrait le dossier.

Quand Frédéric Lefebvre demande au gouvernement de reculer

Outre cette intervention, le député d’Amérique du Nord a déposé quatre propositions de loi entre le 11 et le 13 juin, soit dans les quatre jours qui ont suivi son élection. La première, l’instauration d’un service minimum consulaire, devrait trouver un consensus. La deuxième concerne le nouvel impôt sur les plus-values immobilières pour les Français de l’étranger, que Frédéric Lefebvre souhaiterait supprimer. Une proposition de loi vouée à l’échec puisqu’elle reviendrait sur un texte promulgué par le gouvernement Ayrault en septembre 2012. Mais Frédéric Lefebvre avait promis qu’une fois élu il combattrait cette loi. C’est fait. Avec les faibles moyens qui sont les siens en tant que député de l’opposition.

Tout aussi inconséquente, sa proposition de loi sur la scolarité à coûts réduits et le retour de la PEC (Prise en charge des frais de scolarité) pour les Français de l’étranger. Là encore, le député des Français d’Amérique du Nord demande au gouvernement Ayrault de revenir sur une de ses mesures phares et sur une promesse de campagne de François Hollande.

Le pacificateur

Ancien franc-tireur de la droite lorsqu’il était porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre se présente aujourd’hui comme un négociateur, un rassembleur au-dessus des “postures politiciennes permanentes”. A tel point que le 25 juin, lors du débat sur le projet de loi sur la consommation présenté par Benoît Hamon, il n’a pas hésité à évoquer “un texte à deux papas” en référence à un projet de loi similaire qu’il avait lui-même porté en 2012 en tant que secrétaire d’Etat, mais qui n’avait jamais été adopté. “Nous pourrions travailler ensemble à en faire la loi Lefebvre-Hamon”, a-t-il affirmé à l’Assemblée, avant d’ajouter : “j’espère que votre gouvernement saura se montrer aussi constructif que je l’ai été à l’époque… c’est la voie moderne vers une gouvernance adaptée à notre époque”.

Pourtant, trois jours plus tard, Frédéric Lefebvre, toujours conseiller régional d’Ile-de-France, n’a pu que constater la diminution de son pouvoir et de celui de l’UMP à l’Assemblée. En effet, alors qu’il soutenait la version du projet de loi rédigé par Benoît Hamon, c’est finalement un texte modifié par le rapporteur Razzy Hammadi (PS), auquel il s’opposait, qui a été adopté.

Motif de consolation, l’adoption de l’un de ses amendements lors de l’examen le 22 juin du projet de loi relatif à la représentation des Français établis hors de France. L’amendement vise à inclure parmi les thèmes examinés le soutien à l’entreprenariat des Français établis hors de France. Ses autres amendements ont néanmoins été rejetés. Mais Frédéric Lefebvre veut rester positif et “poursuivra lors de l’examen des autres textes, sa volonté de rechercher un consensus des parlementaires”. Pas facile lorsqu’on a été porte-parole de l’UMP et grand pourfendeur de la gauche.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related