Subscribe

French Legislative Election (1/6): Who Are the Candidates?

Les samedis 3 et 17 juin prochains, les Français résidant aux Etats-Unis et au Canada éliront leur représentant parmi dix-sept candidats*. Jusqu’au premier tour, France-Amérique publiera une série d’entretiens avec les candidats sur des thèmes chers aux expatriés : l’éducation, la santé, la consultation politique, la fiscalité et le retour en France.

Pour introduire cette série, nous avons demandé aux dix-sept candidats de se présenter et de nous expliquer ce qui fait d’eux la personne idéale pour représenter les Français d’Amérique du Nord. Nous publierons ensuite leur programme sur l’éducation le 24 mai, sur la santé le 26 mai, sur la consultation politique des expatriés le 29 mai, sur la fiscalité le 31 mai et sur le retour en France le 2 juin.

Christine Agathon-Burton (Union Populaire Républicaine) : « Parisienne de naissance, j’ai 48 ans, je suis mariée, citoyenne américaine et j’ai une fille. En 1995, je suis partie travailler chez un constructeur aéronautique américain en Californie avant de déménager à Washington D.C. où je suis ingénieur dans l’industrie aérospatiale depuis dix-sept ans. J’ai connu l’entreprenariat à l’américaine en créant une société de développement de sites internet. Devenue parent d’élève du Lycée Rochambeau à Washington D.C., j’en ai fondé l’association de parents d’élèves avant d’être élue à la Fondation. J’ai aussi été élue administrateur de la FAPEE [Fédération des associations de parents d’élèves des établissements d’enseignement français à l’étranger] en 2010. J’ai donc une bonne connaissance du fonctionnement des écoles du réseau AEFE [Agence pour l’enseignement français à l’étranger] et des structures éducatives. »

Vincent Boileau-Autin (indépendant) : « Originaire de Montpellier, je vis aujourd’hui à Montréal avec mon époux. Agé de 44 ans, chef d’entreprise, je milite depuis plus de dix ans en faveur des droits humains, des droits LGBTQI à l’image du Mariage pour Tous que nous avons eu le privilège d’inaugurer le 29 mai 2013. Mon expérience associative m’a démontré la force de l’action collective et l’indispensable nécessité d’agir pour le bien commun. Je ne suis pas un professionnel de la politique mais un citoyen de la société civile, de la « vraie vie ». Nous portons, avec ma suppléante Elodie Brun-Mandon, une candidature citoyenne, progressiste et indépendante, sans étiquette partisane. »

Yan Chantrel (Parti Socialiste) : « Je suis né à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Je vis à Montréal depuis 2011. Je suis arrivé au Québec avec un simple PVT [Programme Vacances Travail] et suis aujourd’hui coordonnateur d’un comité pour la réinsertion sociale des personnes judiciarisées. Je suis élu consulaire à l’Assemblée des Français de l’Etranger depuis 2014. Je connais bien les réalités de mes compatriotes en Amérique du Nord, et je pense qu’il est temps que le député de notre circonscription soit en mesure de nous représenter dans notre diversité avec notre vision progressiste nord-américaine pour la France. C’est notamment pour cette raison que je pense être le plus à même de représenter les Français d’Amérique du Nord. »

Elise Desaulniers (Parti Animaliste) : « Je suis née au Québec et ai obtenu la citoyenneté française il y a une dizaine d’années. Je suis présentement directrice générale par intérim de la SPCA de Montréal, une des plus anciennes organisations vouées à la défense des animaux en Amérique du Nord. Je suis également auteure de trois essais sur les questions éthiques liées à l’alimentation et au droit des animaux. Comme moi, les Français(e)s d’Amérique du Nord sont révolté(e)s par le sort abominable que l’industrie réserve aux animaux et s’inquiètent du cataclysme écologique provoqué par l’élevage et la pêche. En votant pour le Parti Animaliste, on contribue à faire de la question animale un enjeu politique prioritaire. »

Arnaud Dumas de Rauly (A nous la démocratie !) : « Fils d’expatriés français à New York, j’ai grandi en Amérique du Nord jusqu’à mon adolescence avant de poursuivre mes études en France. Entrepreneur depuis toujours, j’ai négocié une règlementation de réduction des risques avec le Parlement et la Commission européenne ainsi qu’avec l’Assemblée nationale et divers ministères. Fort de cette double culture, citoyen ordinaire, à l’image du renouvellement de la classe politique initié par Emmanuel Macron, c’est dans cet esprit dynamique que j’ai souhaité, à 35 ans, m’engager pour servir notre pays et être utile au quotidien dans les réformes que nous attendons en tant que Français d’Amérique du Nord. »

Fanny Etter (Ma Voix) : « Le collectif citoyen Ma Voix ne se fonde pas sur un programme, un parti ou une idéologie politique, mais sur le collectif, l’autodétermination, l’horizontalité et la dépersonnification (pas de leader, de chef ou de porte-parole). Ma Voix est une expérimentation démocratique citoyenne qui, nous le pensons, permettra au citoyen(ne)s de reprendre part à la table des décisions. Les député(e)s s’engagent, s’ils sont élu(e)s, à relayer les votes des citoyen(ne)s à l’Assemblée Nationale ; votes qui auront eu lieu précédemment sur une plateforme numérique. Ma Voix, c’est de l’autodétermination et de l’intelligence collective, c’est donner la possibilité aux citoyen(ne)s de voter les lois pendant cinq ans. »

Florent Fernandez (Parti Pirate) : « Né en France il y a cinquante-trois ans, je suis installé à Paris depuis 2016. Je travaille comme commercial dans une entreprise de distribution de composants électroniques. J’ai vécu une dizaine d’années en Asie et en Afrique du Nord, deux ans aux Etats-Unis et six ans au Canada. Je détiens avec fierté la nationalité française et canadienne. Le rôle d’un député n’est pas de représenter un groupe de la société française mais de faire en sorte que toute la communauté française puisse s’exprimer dans le cadre institutionnel. Il ne s’agit pas d’être le candidat idéal mais d’être celui qui pourra porter le mieux l’idée d’un renouvellement des pratiques politique. »

Denis Franceskin (Front National) : « Je suis le candidat investi par le Front National pour les élections législatives de la première circonscription. Je suis un véritable expatrié depuis presque quinze ans. Je suis actuellement dans le New Jersey, marié et père de deux enfants. Contrairement à la plupart des autres candidats pour ces élections, j’ai été confronté depuis longtemps aux réels problèmes auxquels nous sommes exposés tous les jours : visas, frais de scolarité, fiscalité, couverture santé, CSG [Contribution sociale généralisée] et CRDS [Contribution au remboursement de la dette sociale], absence d’allocations chômage, absence de retraite, ou encore l’administration française… »

Jocelyne Le Boulicaut (Europe Ecologie Les Verts) : « Franco-canadienne, après une éducation en Afrique du Nord, j’ai alterné les périodes professionnelles en France et à l’étranger : Londres, Cornell University. M’étant consacrée à l’éducation de ma fille que j’ai élevée seule, c’est ensuite que je me suis engagée en politique, ne pouvant plus me désintéresser des conséquences de l’activité humaine sur la biodiversité, le climat, la santé. Mon choix d’adhésion au parti Les Verts fut une évidence. Après avoir été responsable de la commission nationale Féminisme, je suis maintenant responsable de la commission Séniors en France et en Europe. Je suis depuis plusieurs années déléguée de EELV [Europe Ecologie Les Verts] auprès du Parti Vert Européen. »

Clémentine Langlois (La France Insoumise) : « J’ai 44 ans et j’habite à Ottawa avec mon mari et nos deux filles de cinq et onze ans. Je suis entrepreneure dans le numérique, essentiellement dans le secteur santé-social. Je suis également la fondatrice d’une association africaine, Fongwama, qui développe des applications libres dans le domaine de la santé et de l’éducation. Je soutiens depuis plus de vingt ans les mouvements de gauche républicains et me suis engagée dans la France Insoumise aux côtés de Jean-Luc Mélenchon. En devenant député de la première circonscription, je m’engage à porter à l’Assemblée nationale les valeurs défendues par notre programme. »

David Lawson (sans étiquette) : « Quarante-huit ans, deux enfants, je suis normand et réside à New York. Dirigeant de l’organisation internationale EngenderHealth, défendant les droits et la santé des femmes, ancien diplomate à l’ONU, leader associatif élu et homme de terrain, je suis acteur des négociations et politiques internationales, du plaidoyer et de la représentation politique, et des débats législatifs. Vingt-cinq ans d’expatriation à assister des populations défavorisées et nos compatriotes dans le monde, investi depuis vingt ans dans les problématiques des Français expatriés en Amérique du Nord, j’ai présidé pendant quatre ans l’Association des Français Fonctionnaires internationaux de New York. Ces expériences professionnelles, associatives et électives m’ont idéalement préparé à devenir député. »

Frédéric Lefebvre (Les Républicains) : « Je partage mon temps entre notre immense circonscription et l’Assemblée, à Paris, où je suis l’un des députés les plus actifs. Cette mission de député demande mobilité quotidienne, expérience du travail parlementaire et contacts avec les décideurs français, américains et canadiens. J’ai d’excellentes relations avec Emmanuel Macron, nous échangeons très régulièrement et nous faisons confiance. Il sait mieux que quiconque que je vote ce qui est bon pour la France. Je suis le seul Républicain à avoir voté la loi Macron. J’y ai d’ailleurs fait adopter une mesure sur FATCA [Foreign Account Tax Compliance Act] qui frappe les Français vivant aux Etats-Unis. J’ai aussi pu échanger avec le President Trump et le Premier ministre Trudeau. »

Roland Lescure (La République en marche) : « Né à Paris en 1966, j’ai grandi dans un quartier populaire de Montreuil. J’habite à Montréal depuis 2009 avec ma femme et mes trois enfants où j’étais jusqu’il y a deux mois chef des investissements à la CDPQ [Caisse de dépôt et placement du Québec], grande institution publique canadienne. J’ai quitté mon emploi pour me consacrer pleinement à la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. Aujourd’hui, je porte nos idées pour les élections législatives. Par mon ancrage local et par mon expérience forte de vingt-cinq ans dans le secteur public et privé, je suis en mesure de défendre les Français d’Amérique et d’être leur porte-voix à l’Assemblée nationale. »

Julie Morel (Front de Gauche) : « Agent d’escale commerciale pour Air France, je travaille à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Grâce à mon métier, je voyage beaucoup et rencontre tous les jours des passagers français qui (re)viennent d’Amérique du Nord. Ces relations m’ont permis de mesurer les difficultés inégalitaires de mes compatriotes. Lorsque je serai élue, je me battrai pour des lois qui servent les intérêts de celles et ceux qui n’ont que la force de leur travail pour vivre plutôt que les intérêts des marchés financiers. Syndicaliste depuis plusieurs années, je porterai la voix des travailleurs et des familles établis hors de France. Je lutterai pour de nouvelles conquêtes sociales et défendrai l’égalité de tous les citoyens. »

Laure Pascarel (Demain en Commun) : « J’habite à Paris. Je suis directrice des ressources humaines dans une grande entreprise de service public et ai milité depuis longtemps dans des mouvements associatifs et citoyens. J’échange régulièrement avec une partie de ma famille et mes amis qui vivent en Amérique du Nord. Je vais les voir souvent. Cette campagne me donne l’occasion d’être à l’écoute des préoccupations des Français de l’étranger et de faire des propositions pour améliorer leurs conditions de vie et renforcer leurs liens avec la métropole. Demain en Commun s’engage à mettre en ligne une plateforme collaborative pour faire remonter toute proposition citoyenne. »

Damien Régnard (divers droite) : « J’habite depuis plus de vingt ans en Louisiane, à La Nouvelle-Orléans. J’ai passé mon enfance entre Paris, Montréal et Lyon, fait mes études à Aix-en-Provence avant de m’installer en région parisienne pour débuter ma carrière professionnelle. Mes origines familiales sont dans le Cantal. Je suis entrepreneur dans les services au commerce international. Je suis un homme intègre souhaitant mettre l’humain au cœur de mon action politique. Avec mon ancrage solide, mon profond engagement dans le tissu associatif local et mes rôles d’élu, je pense être le candidat qui connaisse et puisse répondre au mieux aux attentes des Français d’Amérique du Nord. »

David Sanchez (Nouvelle Donne) : « Agé de 31 ans, j’ai grandi et fait mes études en Amérique du Nord. De culture hispanique et nord-américaine, je suis le résultat d’un melting pot culturel. Je pense que la valorisation de la diversité humaine comme richesse est un prérequis pour une société juste. Juriste et économiste de l’université Panthéon-Sorbonne, j’ai complété mes études avec un Master en administration des entreprises. J’ai travaillé plusieurs années dans le marché des échanges énergétiques européens. Je suis actuellement engagé auprès de plusieurs associations de lutte contre l’exclusion et la pauvreté. Au sein de Nouvelle Donne, je suis responsable de la coordination de la collecte des financements. »

*Marianne-Ségolène Gindrey (100% Citoyens) et Balie Topla (sans étiquette) ont retiré leur candidature, la première pour des raisons de santé, le deuxième en raison de problèmes dans son matériel de campagne.

  • Le Ministère des affaires étrangères a averti, le 24 mai, les électeurs ayant demandé à voter par correspondance, que Mme Gindrey a été déclarée inéligible, ce qui n’a rien à voir avec une raison de santé.

  • Une des conditions de candidature est ainsi formulée : “être domicilié dans la région ou y être inscrit au rôle d’une des contributions directes au 1er janvier 2015 ou justifier devoir y être inscrit à cette date”. Les candidats qui vivent en France ne semblent pas remplir cette condition

  • Beaucoup de nouveaux noms… Peu d’experience “politique”… Auront-ils tous acces aux “gros bras” siegeant a Paris ? Je continuerai a faire confiance a F. Lefebvre vu son mondat de la juridiction precedente.

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Related

    • French Legislative Election (3/6): HealthcareFrench Legislative Election (3/6): Healthcare Les samedis 3 et 17 juin prochains, les Français résidant aux Etats-Unis et au Canada éliront leur représentant parmi dix-sept candidats. Jusqu’au premier tour, France-Amérique publiera […] Posted in News
    • French Legislative Election (5/6): TaxationFrench Legislative Election (5/6): Taxation Les samedis 3 et 17 juin prochains, les Français résidant aux Etats-Unis et au Canada éliront leur représentant parmi dix-sept candidats. Jusqu’au premier tour, France-Amérique publiera […] Posted in News