Subscribe

French Legislative Election: Arnaud Dumas de Rauly (A nous la démocratie !)

Les samedis 3 et 17 juin prochains, les Français résidant aux Etats-Unis et au Canada éliront leur représentant parmi dix-sept candidats. Arnaud Dumas de Rauly, candidat du mouvement A nous la démocratie !, nous parle de son programme.

France-Amérique : Présentez-vous. Qu’est-ce qui fait de vous le candidat idéal pour représenter les Français d’Amérique du Nord ?

Arnaud Dumas de Rauly : Fils d’expatriés français à New York, j’ai grandi en Amérique du Nord jusqu’à mon adolescence avant de poursuivre mes études en France. Entrepreneur depuis toujours, j’ai négocié une règlementation de réduction des risques avec le Parlement et la Commission européenne ainsi qu’avec l’Assemblée Nationale et divers ministères. Fort de cette double culture, citoyen ordinaire, à l’image du renouvellement de la classe politique initié par Emmanuel Macron, c’est dans cet esprit dynamique que j’ai souhaité, à 35 ans, m’engager pour servir notre pays et être utile au quotidien dans les réformes que nous attendons en tant que Français d’Amérique du Nord.

Les Lycées Français d’Amérique du Nord sont hors de portée pour la plupart des familles expatriées. Quelles mesures proposez-vous pour généraliser les bourses et en faciliter l’accès ?

L’éducation est l’un des soucis les plus importants des Français à l’étranger. L’enseignement français peut souvent être dispendieux. C’est pour cela que nous proposons de donner plus de latitude aux conseils consulaires pour l’attribution des bourses. Pour les familles de citoyens ne vivant pas à proximité d’un établissement français, nous souhaitons mettre en place une prise en charge des frais liés au CNED [Centre national d’enseignement à distance] en tant que mesure complémentaire. Cette mesure est d’autant plus chère à mes yeux, que c’est grâce à ce programme que j’ai pu revenir en France à l’âge de 13 ans et reprendre mon éducation sans accroc dans un établissement français. 

Quelles réformes proposez-vous pour faciliter l’accès aux soins pour les Français résidant en Amérique du Nord ?

La Caisse des Français de l’étranger couvre aujourd’hui la maladie-maternité-invalidité, l’accident du travail-maladie professionnelle et la vieillesse. Nous souhaitons mettre en place une accessibilité simplifiée à la CFE pour les indépendants, les entrepreneurs et les expatriés. De plus, nous souhaitons accompagner cette couverture avec la mise en place de plans spécifiques pour les Français de l’étranger, contenant des plafonds adaptés aux coûts des frais médicaux locaux. Enfin nous nous engageons à mettre en place des accords bilatéraux avec des praticiens conventionnés entre la France et l’Amérique du Nord afin d’améliorer la protection sociale et de réduire les frais médicaux.

Comment comptez-vous améliorer la participation des Français de la première circonscription à la vie politique française, et notamment l’accès au vote ?

Lors de mon mandat de député, je m’engage à mettre en place une procédure non seulement simplifiée, mais dématérialisée permettant à tout citoyen d’établir une procuration et par conséquent de rétablir le vote électronique. De plus, je m’engage à porter devant l’Assemblée nationale une proposition visant à mieux communiquer avec les citoyens inscrits sur les listes électorales consulaires afin de maintenir un lien fort et d’offrir à chacun l’opportunité d’exprimer ses convictions politiques. Il est évident que cela va de pair avec une présence accrue du député sur le terrain ou lors de permanences beaucoup plus fréquentes.

Quelles réformes du statut fiscal des Français de l’étranger prévoyez-vous ?

Les Français de l’étranger qui louent ou vendent un bien situé en France doivent payer un impôt aidant au financement de la sécurité sociale en France, la CSG/CRDS [contribution sociale généralisée/contribution pour le remboursement de la dette sociale]. Cela est contraire au droit européen car les non-résidents ne bénéficient pas des prestations sociales liées à ces prélèvements. Nous proposons une suppression de cet impôt au profit d’une contribution à l’éducation et du budget de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger [AEFE]. Nous souhaitons également la mise en place d’un guichet unique du service des impôts des particuliers avec un fonctionnement simplifié dédié aux contribuables Français non résidents.

Enfin, quelles mesures proposez-vous pour faciliter le retour en France des expatriés ?

Le retour en France est un parcours d’obstacles pour tout Français de l’étranger. Ce retour concerne aussi bien la fiscalité, le logement et la santé mais aussi l’éducation et la valorisation des compétences acquises à l’étranger. Le constat d’aujourd’hui est accablant : il n’existe aucune ressource publique permettant à nos compatriotes d’effectuer toutes les démarches nécessaires à part une page sur le site Service-public.fr. A l’image du guide Retour en France d’Anne-Laure Fréant, nous souhaitons soumettre une proposition concernant la création d’un portail numérique permettant de mettre à disposition des Français de l’étranger toutes les informations nécessaires à leur retour.

=> N’hésitez pas à revenir sur cette page. Jusqu’au premier tour, les candidats répondront aux questions de France-Amérique sur des thèmes chers aux expatriés : l’éducation, la santé, la consultation politique, la fiscalité et le retour en France.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related