Subscribe

French Legislative Election: Denis Franceskin (Front National)

Les samedis 3 et 17 juin prochains, les Français résidant aux Etats-Unis et au Canada éliront leur représentant parmi dix-sept candidats. Denis Franceskin, candidat du Front national, nous parle de son programme.

France-Amérique : Présentez-vous. Qu’est-ce qui fait de vous le candidat idéal pour représenter les Français d’Amérique du Nord ?

Denis Franceskin : Je suis le candidat investi par le Front National pour les élections législatives de la première circonscription. Je suis un véritable expatrié depuis presque quinze ans. Je suis actuellement dans le New Jersey, marié et père de deux enfants. Contrairement à la plupart des autres candidats pour ces élections, j’ai été confronté depuis longtemps aux réels problèmes auxquels nous sommes exposés tous les jours : visas, frais de scolarité, fiscalité, couverture santé, CSG [Contribution sociale généralisée] et CRDS [Contribution au remboursement de la dette sociale], absence d’allocations chômage, absence de retraite, ou encore l’administration française…

Les Lycées Français d’Amérique du Nord sont hors de portée pour la plupart des familles expatriées. Quelles mesures proposez-vous pour généraliser les bourses et en faciliter l’accès ?

L’Education nationale consacre presque 11 000 euros par élève en France quand l’Agence pour l’Enseignement Français a l’Etranger, dont dépendent les établissements français à l’étranger, consacre 1 500 euros par élève. Depuis quelques années, les frais de scolarité, en hausse constante, constituent une charge insupportable : en moyenne 4 500 euros par an. C’est pourquoi je proposerai le principe de gratuité de la scolarité pour les jeunes Français dans les établissements publics français à l’étranger, pour un accès au CNED [Centre national d’enseignement à distance] facilité et la généralisation de l’éducation à distance (pour ceux loin de l’établissement ou en situation de handicap).

Quelles réformes proposez-vous pour faciliter l’accès aux soins pour les Français résidant en Amérique du Nord ?

Alors que la Protection Universelle Maladie [PUMA, l’ancienne CMU] permet à tout étranger résidant en France de bénéficier d’une couverture maladie, les Français de l’étranger sont exclus de toute prestation au motif qu’ils ne résident pas sur le territoire français. Pour mettre un terme à cette injustice inacceptable, je mettrai en place progressivement la PUMA pour nos compatriotes établis hors de France. Sous mon autorité, une étude sera lancée au plus vite afin d’en établir les critères d’attribution. Les retraités et /ou épargnants établis hors de France et astreints aux contributions CSG/CRDS  auront accès à la Sécurité sociale dans les mêmes conditions que nos compatriotes résidant sur le sol national.

Comment comptez-vous améliorer la participation des Français de la première circonscription à la vie politique française, et notamment l’accès au vote ?

Ces dernières élections ont montré que certains postes consulaires étaient saturés. Je pense notamment à Montréal. Le territoire est immense, c’est entendu. On ne peut pas mettre un poste consulaire dans chaque ville… Mais rajouter dans les périphéries des grandes villes un bureau de vote me semble tout à fait possible. J’ajoute que le vote par correspondance est aussi primordial pour tous les scrutins.

Quelles réformes du statut fiscal des Français de l’étranger prévoyez-vous ?

Les Français résidant en Amérique du Nord sont soumis à la CSG [Contribution sociale généralisée] et à la CRDS [Contribution au remboursement de la dette sociale]. Je dénonce avec force cette situation qui créé une complète inégalité entre Français et pénalise ceux établis hors du territoire. Avec l’imposition CSG/CRDS des revenus immobiliers, ces mesures forcent pratiquement les expatriés à vendre leur immobilier en France. Les Français vivant à l’étranger ne sont pas non plus égaux devant le principe de déductibilité́ des charges. En dehors de l’Union Européenne, les expatriés français qui sont imposés sur leurs revenus en France ne peuvent pas déduire de leur revenus imposables certaines charges. Je n’accepte pas davantage ce type d’injustice pour nos compatriotes.

Enfin, quelles mesures proposez-vous pour faciliter le retour en France des expatriés ?

Quand un Français rentre en métropole, les démarches administratives sont nombreuses : réintégration à la Sécurité sociale, emploi (surtout pour ceux et celles qui vivent à l’étranger depuis longtemps), logement, école et reconnaissance des diplômes. Pour remplir toutes ces conditions, je propose la création d’une cellule interministérielle dévouée au « rapatriement administratif » : un site internet qui permettra aux Français en situation de retour en métropole d’avoir accès aux lois et à ce dont il (elle) a besoin pour immédiatement être prêt(e) lors du retour en métropole ; un suivi particulier en cas de situation exceptionnelle ou urgente (divorce, décès d’un conjoint, garde d’enfant etc.).

=> Jusqu’au premier tour, les candidats répondront aux questions de France-Amérique sur des thèmes chers aux expatriés : l’éducation, la santé, la consultation politique, la fiscalité et le retour en France.

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Related