Subscribe

Guy Delisle présente aux Etats-Unis sa BD Chroniques de Jérusalem

Mardi 24 avril, le dessinateur québecois Guy Delisle était de passage à New York pour présenter sa dernière bande dessinée, traduite en anglais : Jerusalem.

Les chroniques de Jérusalem, selon le titre français, ont reçu le Fauve d’or au festival de la BD à Angoulême cette année, soit le prix du meilleur album pour 2012. Mais déjà avant, le travail de Guy Delisle était largement reconnu à travers le monde. Ce dessinateur rend compte de ses périples dans des sortes de carnets de voyages, récits de la vie quotidienne à l’étranger à travers des vignettes, traduits dans une dizaine de langues. Le Québecois a ainsi publié des albums sur Pyongyang, Shenzhen ou encore la Birmanie, avant de chroniquer son année passée dans la Ville Sainte, en 2008-2009, où il a accompagné son épouse qui travaille pour Médecins Sans Frontières.

Au Bookstore café de New York, à Manhattan (première étape d’une tournée américaine), l’auteur a donc évoqué à la fois sa vie d’expatrié et sa vision du métier. Il n’est pas journaliste, précise-t-il à répétition. “Je ne vais pas au-devant des histoires, j’attends qu’elles viennent à moi”, note-t-il. Loin de relater les faits de manière objective, il assume son regard d’étranger plutôt que de spécialiste et raconte sa passion pour “les petits détails” et “l’humain”. A ses yeux, le dessin est aussi l’occasion d’être clair dans ses explications : “par exemple, on me pose toujours des questions sur le passage du check point. J’ai pris une page pour le dessiner, avec des flèches et des notes.”

Le dessinateur reste tout de même “prudent” sur une culture parfois controversée, de même lorsqu’il avait écrit sur la Corée du Nord. Il s’en tient à raconter des anecdotes de la vie quotidienne, comme la difficulté de trouver des couches pour bébé le jour de Shabbat. Aujourd’hui, ses enfants ont 5 et 8 ans. “On s’est  installé en France pour quelques années”, précise Guy Delisle, qui s’attèle donc à une nouvelle forme de BD, “toujours autobiographique mais plus à l’étranger”.

Toutes les dates américaines :

BOSTON Mercredi 25 avril, 19h au Harvard Bookstore (Cambridge)
WASHINGTON DC Jeudi 26 avril, 19h30 à Politics & Prose
LOS ANGELES Samedi 28 avril, 17h30 à Skylight Books
IOWA CITY Lundi 30 avril, 19h à Prairie Lights
MINNEAPOLIS Mardi 1er mai, 19h30 à Magers & Quinn
CHICAGO Mercredi 2 mai, 19h à la Oak Park Library
TORONTO Jeudi 3 mai, 19h au Carlton Cinema, avec Beguiling
TORONTO Samedi 5 et dimanche 6 mai au Toronto Comics Art Festival

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related