Subscribe

Guy Wildenstein ou les ficelles de Rastignac

Dans la story de l’UMP nord-américaine, le destin aime les fauteuils vides. Point d’optimisme en la demeure pour cette première, l’heure est à la caricature du politique sur fond de décadence ; l’actualité m’enjoint de vous conter Guy Wildenstein.

Cofondateur de l’UMP, leader historique de sa si puissante section USA Côte Est, grand mécène membre du premier cercle, épinglé commandeur de la Légion d’honneur par Nicolas Sarkozy, il se révèle aujourd’hui plus Rastignac que Rubempré. Secret de Polichinelle me direz-vous ? Il n’en demeure pas moins qu’aux antipodes de la république irréprochable promise en 2007, ses amitiés l’ont fait joyeusement élire représentant de la côte Est à l’Assemblée des Français de l’Étranger (AFE) depuis 1997. Mais ça, c’était avant…

Alors que l’UMP se cherche un intouchable pour défier la sociale-démocrate Corinne Narassiguin, Rastignac bute au portillon, rattrapé par les casseroles pénales agitées par l’inoxydable Me Dumont-Beghi, avocate de sa belle-mère Sylvia Roth. Casseroles trop bruyantes pour l’ami de l’Elysée en campagne, l’UMP finit par parachuter son ex-sniper Frédéric Lefebvre pour le résultat que nous connaissons.

Depuis, redressement fiscal record de 600 millions d’euros, plainte pour trafic d’influence, mis en examen pour recel d’abus de confiance, remis en examen le 24 janvier dernier pour “fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale” ; Rastignac est laissé libre en échange à la seule faveur d’une caution de 500 000 euros. Oui il est libre, mais passe sa vie à nier sur la forme. Ironie du sort, il siège encore à la Commission des Lois de l’AFE…

Alors, peut-être décompresse-t-il dans sa propriété kenyane de 30 000 hectares, 200 bâtiments et 50 lacs artificiels où fut tourné le majestueux Out of Africa ? Ou bien se ressource-t-il devant son Caravage, Le Joueur de Luth, exposé au MET après avoir été donné en garantie bancaire à la Chase Manhattan Bank ? A moins qu’il ne se défoule avec son écurie de 69 Pur Sang achetés prix famille, 805 000 euros.

Quoi qu’il en soit, son avocat Me Riffaud n’aura peut-être pas l’occasion de se relaxer, lui. Mis en examen dans le même dossier pour blanchiment aggravé, il n’aurait pu verser que 500 000 euros sur les 750 000 de caution et voit l’incarcération s’approcher.

Enfin, au petit jeu de la république irréprochable, si nous pouvons désormais éjecter Rastignac du champ politique, sa suite reste. Malgré l’assurance feinte du parachuté pour 2017, ses lieutenants attendent la chute, patrouillant discrètement pour prendre la tourelle UMP. Depuis juin 2012, la bataille pour être prestement intronisé calife local est sur de nombreux agendas, surtout que Paris pense à un renouvellement général de l’AFE dès 2014.

Pendant ce temps-là, notre Ursule Mirouët sociale-démocrate se prépare en apprenant la rude mécanique du Palais Bourbon à l’occasion du “mariage pour tous”. Epaulée par un député lillois aux moustaches bienveillantes, Bernard Roman, elle ne perd pas de temps à méditer sur toutes ces ficelles huileuses qu’elle ne tirera bien heureusement jamais. En toute humilité, elle ne ricane même pas en secret du sort de Rastignac. Place, dirait-elle, y’en a qui bossent !

Social-libéral perdu entre réformateurs de gauche et humanistes de droite, Mikå Mered écume depuis 10 ans les tréfonds de la comédie politique française. Si sa jeunesse le pousse à rêver d’un jeu politique irréprochable axé sur la concertation, ses recherches à Columbia University l’obligent à aussi publier des papiers réalistes sur les enjeux polaires traduits en russe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related