Subscribe

Hermès

Hermès a inauguré le soir de la fête de la musique et du printemps sa nouvelle boutique sur Broad street dans le quartier de Wall Street à New York. De très jeunes cavalières en tenues de concours très Hermès donnaient le ton: résolument hippique. Ou épique : navettes en rickshaw pour se rendre de la boutique au Cunard Builging pour une soirée hors du commun. Buffet de fruits de mer et de fromages venus de France, spectacle de danseurs sur échasses coiffées de masques en forme de têtes de cheval tout cela imaginé par un Français, Fréderic Fontan et sa société Betwin.

Depuis le 21 juin, le célèbre bolduc de la maison Hermès flotte sur le Stock Exchange et le quartier de Wall Street, à l’image de l’Empire State, change de couleur troquant le gris pour de l’orange ! La marque française de luxe, connue dans le monde entier pour ses fameux

« carrés » de soie et ses cravates à motifs répétitifs inaugure en effet une nouvelle boutique au 15 Broad Street.

En s’installant là, le célèbre sellier de la rue Saint-Honoré fait figure de pionnier. Mise à part la célèbre enseigne discount Century 21, présente dans tous les guides français de New York, Wall Street n’est pas une destination shopping connue comme telle, loin de là ! Mais déjà d’autres noms du luxe comme Cartier ou Tiffany’s imitent cette initiative, projetant d’ouvrir dans les mois à venir des succursales downtown. Préférant toujours créer

les modes que les suivre, Hermès a aussi choisi en Corée d’ouvrir sa boutique dans le quartier alternatif de Dosan Park. « Notre engagement est de participer au développement

et au renouveau de Lower Manhattan », a dit Robert Chavez, président directeur général d’Hermès USA. L’arrivée à New York de cette grande maison de luxe française, créée en

1837 à Paris par Thierry Hermès ne date pas d’hier. En 1924, Hermès avait déjà un corner chez Dobbs, puis en 1929 chez Mauboussin, avant d’ouvrir en 1930 une première boutique

en nom propre sur la 53e rue. Après une interruption de plusieurs décennies, de 1931 à 1973, sous la présidence de Jean-Louis Dumas, Hermès a retrouvé le chemin de Manhattan

sur la 57e rue et, depuis 2000, a pignon sur rue au 691 Madison Avenue. La boutique de Broad Street rompt avec cette tradition uptown. Le nouvel espace décoré par Rena Dumas

est largement inspiré par le 24 faubourg, (adresse parisienne et nom d’un parfum éponyme de la marque). Mosaïques noires et grises au sol, lustres d’inspiration gréco-romaine, tout

y est pensé pour recréer l’ambiance discrètement luxueuse de la maison mère. Les différentes collections, 14 au total, y seront présentées, la mode féminine signée Jean Paul-Gaultier et masculine par Véronique Nichanian (voir ci-dessous), mais aussi les accessoires, les chaussures de Pierre Hardy et bien sûr les carrés. Désormais tous les espoirs sont permis : un look « trader » en couleur, des pardessus en cuir souple et des sacs Kelly en

guise d’attaché-case. Et si Wall Street devenait glamour !


La mode au masculin

C’est une femme, Véronique Nichanian, qui dessine les collections homme

Véronique Nichanian, sortie major de l’École de la Chambre Syndicale de la Couture, a

débuté chez Cerruti en 1976. Elle est entré chez Hermès en janvier 1988 pour diriger la mode masculine, ce qu’elle fait depuis 19 ans. À l’occasion de l’ouverture de la boutique à Wall Street, France-Amérique a rencontré Véronique Nichanian, de passage à New York.

France-Amérique : Ce nouveau magasin sur Broad Street est-il différent des autres ?

Véronique Nichanian : La grande originalité du magasin est l’offre en demi-mesure et en sur-mesure qui existe aussi à Paris ou à Hong Kong mais peu développée dans la boutique

de Madison Avenue à New York. De plus, les 500 mètres carrés du nouvel espace sont tournés vers le côté masculin, même si toutes les collections y sont présentées.

Y aura-t-il des pièces uniques ?

Il y aura quelques pièces exclusives à Broad Street, des accessoires notamment.

Mais ce n’est pas tellement l’esprit de la maison. Nous créons des collections qui s’inscrivent dans le temps, et présentons les mêmes sélections à Tokyo, Los Angeles ou Paris.

Comment définiriez-vous votre travail créatif chez Hermès ?

J’essaie de concevoir des « vêtements objets » qui mettent la personnalité de l’homme en avant. Je crois que les hommes, en tout cas en Europe, ont évolué, ont appris à se connaître. Ils achètent désormais par eux-mêmes, créent leur style et j’essaie de les accompagner dans cette démarche. Je soigne aussi beaucoup les détails comme des fonds de poches en agneau

dans un manteau de gros drap par exemple. S’habiller Hermès, c’est un choix de culture et de raffinement. Ce sont des collections no logo où le luxe est dans le choix des matières : le

cashmere pour l’hiver, le coton ou le baby cashmere pour l’été. Ou le cuir des chaussures John Lobb ou Hermès signées Pierre Hardy.

 

Quelles sont les tendances de la collection automne-hiver 2008 qui sera présentée au magasin ?

C’est une collection très sportswear avec des superpositions hivernales, de la maille, du cuir et quelques pièces maîtresses comme un Perfecto en lézard bleu tempête, des parkas

en cachemire agrémentées d’une doublure en castor amovible.

Côté costume ?

Les longueurs des vestes sont légèrement raccourcies, les pantalons sont près de la jambe pour une silhouette plus longue.

Et le sur-mesure ?

Pour les chemises, un premier essayage permet de dessiner une première toile. Puis au cours du deuxième essayage, on note les éventuelles rectifications. La chemise est ensuite réalisée

dans nos ateliers à Paris. Il faut compter environ 3 semaines. C’est la même chose pour les costumes. Mais on peut aussi commander sur mesure des accessoires, un sac particulier

par exemple.

Et les cravates..

Je ne m’en occupe pas directement, mais je donne mon avis. On trouve aujourd’hui des cravates unies ou des écossais moins traditionnels.

Pour l’ouverture à Wall Street vous serez là…

Non je serai à Paris préparant le défilé printemps été 2008 au couvent des Cordeliers.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related