Subscribe

High Line : la deuxième vie d’une voie ferrée

Que faire des anciens chemins de fer, abandonnés au coeur de la ville? Les urbanistes ont deux options: soit démolir, pour recréer de nouveaux espaces, soit réhabiliter. C’est ce que Paris et New York ont choisi, en réhabilitant les voies, aujourd’hui la Coulée Verte, et la High Line. Le deuxième tronçon de cette promenade suspendue vient d’être ouvert au public, entre la 20ème et la 30ème rue.

De 1859 à 1969, la Coulée Verte à Paris était la ligne qui reliait Bastille à Verneuil ’étang ,en passant par Vincennes. Elle servait au transport de voyageurs ,et fut délaissée au profit du RER A. Les sections situées dans Paris intra muros (boulevard Daumesnil, rue de Reuilly) ont été progressivement réhabilitées en jardins à partir des années 80.

A New York, la High Line longeait la côte ouest de Manhattan et servait au transport du fret venu de l’Atlantique. Cette voie est l’exemple type du transport et de la logistique au moment où les théories de l’organisation scientifique du travail régulaient sans partage les industries. Le train passait alors à travers divers immeubles qui enjambaient la voix ferrée ,favorisant le déchargement depuis les bateaux amarrés aux quais tout proches. Meatpacking a gardé le nom du temps où il était le quartier des abattoirs. Chelsea Market couvre aujourd’hui l’ancienne biscuiterie de New York, là où furent inventés les fameux Oreo.

Avénement du camion, mort du train

C’est après la Seconde guerre mondiale que la voie disparaît peu à peu sous les herbes sauvages. L’avènement du camion en est la cause principale. Plus souple et flexible, ce mode de transport est privilégié, au détriment du train. Les docks et l’activité portuaire sont transférés dans le New Jersey. Le déclin des voyages transatlantiques en bateau ne fait qu’accélérer la lente agonie du chemin de fer urbain. Dans les années 60, une majeure partie de la voie est détruite. Seul tronçon restant, celui du transport de la viande jusque dans les années 80.

C’est la finance qui va donner une nouvelle vie à cette voie. L’Ouest de la péninsule, où se concentre le secteur de la finance, attire une nouvelle population. Les abattoirs et les docks sont retapés en lofts. Ces nouveaux résidents aisés réclament parcs et aménagements urbains. Mais sans succès. Il faut attendre le 11 septembre 2001 pour qu’un nouveau projet voie le jour, la chute des deux tours ayant laissé un grand vide dans l’Ouest. La construction des deux nouvelles tours prend du temps, et le maire, Michael Bloomberg, décide enfin en 2006 de la rénovation d’un premier tronçon de la High Line. Trois ans plus tard,  la première portion de la promenade est inaugurée, elle relie Gansevoort Street, dans West Village, à la 20ème rue, en longeant la côte.

Mardi, c’est une nouvelle partie qui a été ouverte au public entre la 20ème et la 30ème rue. Elle permet aux promeneurs de découvrir de nouvelles vues de Manhattan et du New Jersey. Des vues inédites qu’immortalisent déjà les promeneurs, appareils photo au poing.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • La ville sauvageLa ville sauvage Extrait de France-Amérique n°16 spécial fêtes, du 19 décembre 2007 au 1er janvier 2008Tandis que les villes se mettent au vert, les animaux sauvages […] Posted in Culture
  • Dans le Bronx, le jardin de Monet aussi vrai qu’à GivernyDans le Bronx, le jardin de Monet aussi vrai qu’à Giverny L'allée centrale croule sous les roses et les delphiniums, et on aperçoit au loin un petit pont au-dessus de nymphéas: dans le Bronx, à New York, une exposition recrée pour cinq mois le […] Posted in Culture