Subscribe

Hommage de la classe politique à Raymond Barre

Publié le samedi 25 août 2007

Premier à réagir au décès à l’hôpital du Val-de-Grâce de son ancien chef de gouvernement, Valéry Giscard d’Estaing a rendu hommage à la “démarche solitaire et désintéressée” d’un des “meilleurs serviteurs” de la France.
Son action s’inscrivait dans la grande ligne de ceux qui depuis Colbert ont construit la prospérité de notre pays“, a déclaré l’ancien président (1974-1981).
Le président Nicolas Sarkozy salue en Raymond Barre un “esprit libre et indépendant” et un “personnage à part dans le personnel politique français“, du fait de “son expérience internationale et (de) sa hauteur de vues“.
Représentant éminent de l’école française de science économique, il eut la volonté de mettre son savoir au service de la cité, toujours fidèle dans son engagement à ses convictions européennes, libérales et sociales“, estime M. Sarkozy.
Le Premier ministre François Fillon salue lui aussi “son esprit indépendant, son courage et sa franchise mis au service de l’intérêt général“.
Raymond Barre, de 1976 à 1981, “dut mener une courageuse politique d’austérité en réaction aux chocs pétroliers. Demeuré malgré cela l’un des hommes politiques français les plus respectés et les plus populaires, son parcours démontre qu’il n’y a pas d’autre chemin que de dire la vérité aux Français et de prendre résolument des mesures parfois difficiles“, estime M. Fillon.
Pour la ministre de l’Economie Christine Lagarde, “il fut un des défenseurs courageux et éclairés de la théorie libérale en France“.
Pour l’ancien président Jacques Chirac, “la France perd un grand économiste, un homme politique résolument engagé pour la modernisation du pays, et un grand européen”.
Un dernier aspect souligné par la Commission européenne, dont M. Barre fut un vice-président de 1967 à 1973, et à laquelle il apporta “une grande contribution“, a déclaré l’actuel président José Manuel Barroso.
La classe politique se rappelle aussi l’universitaire, à l’instar de l’ancien Premier ministre Alain Juppé: “Ses cours à Sciences-Po ont fait référence pour des générations d’étudiants, parmi lesquels je compte“.
Le centriste François Bayrou salue en Raymond Barre un dirigeant qui “tenait le cap” et qui a été “soutenu, admiré, aimé,par beaucoup de Français” parce qu’il “mettait l’intérêt général de son pays au-dessus des intérêts particuliers“.
A gauche, l’ancien Premier ministre socialiste Pierre Mauroy loue son “goût de l’indépendance“, sa “hauteur de vue” et son “sens aigu de l’Etat“.
Pour ceux d’entre nous qui avions été éduqués à l’école de Pierre Mendes France, il apparaissait d’une certaine manière comme son équivalent à droite: rigueur, courage, passion de la vérité“, note pour sa part le député et ancien ministre socialiste Jack Lang.
C’est un authentique homme d’Etat (…), un acteur politique original“, témoigne encore le Premier secrétaire du PS, François Hollande.
Quant au sénateur-maire (PS) de Lyon, Gérard Collomb, il se déclare “bouleversé” après l’annonce du décès de son prédécesseur (1995-2001), avec qui il avait établi des “relations d’estime et d’affection“.


Mais, ombre au tableau, plusieurs personnalités politiques condamnent les propos jugés antisémites tenus à plusieurs reprises par Raymond Barre.
François Bayrou reconnaît ainsi: “Cela a été pour nous tous un moment de grande tristesse“.
Plus sévère, le PCF déplore “des prises de position condamnables” qui “contredisaient l’image d’homme rigoureux que voulait laisser” M. Barre.
L’heure n’est pas à la polémique“, tempère Richard Prasquier, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France(Crif), en rappelant que Raymond Barre fut, “de l’avis de tous, un homme d’Etat“.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related