Subscribe

Intermède créole pour les Alliances Françaises

La Fédération des Alliances françaises des Etats-Unis a choisi La Nouvelle-Orléans cette année pour tenir sa convention du 14 au 17 octobre. Le décor idéal pour recharger les batteries – francophones – de ses adhérents.

« Jean-Pierre Raffarin  a eu un mot formidable hier : il a comparé les  Alliances Françaises à de petites ambassades de la culture française », explique , ravie, Alexandra Stafford, présidente de l’ Alliance Françaises de La Nouvelle-Orléans. Une «  petite » Alliance par la taille, certes, mais décidement à l’honneur. Car, outre la visite, cette semaine, du sénateur Jean-Pierre Raffarin l’envoyé spécial de Nicolas Sarkozy pour la francophonie, c’est encore à la Nouvelle-Orléans que le mois prochain, une centaine d’adhérents des Alliances Françaises des Etats-Unis vont se retrouver.

« On va en profiter pour  faire découvrir aux participants l’extraordinaire héritage français de la Louisiane », s’enthousiasme Alexandra Stafford, qui a soigneusement préparé le programme touristique et culturel de ses hôtes, avec par exemple une conférence sur le langue des Houmas, indiens francophones ou une visite de l’African-American Museum à Tremé, un quartier en pleine renaissance.

Mais ce rendez-vous annuel organisé par la Fédération des Alliances Françaises est avant tout l’occasion pour ses membres de comparer des notes. « On ressort toujours revigoré de  ces réunions explique Alexandra Stafford. D’une Alliance à l’autre on retrouve parfois les mêmes inquiétudes ou les mêmes succès, les ‘grosses’ Alliances donnent des informations et des conseils aux autres… »

Cette année comme la précédente, l’inquiétude principale pour les responsables de ces associations à but non lucratifs reste bien sûr liée à la crise financières L’intitulé d’un des ateliers de travail est à ce titre assez  évocateur « Afraid of fundraising in the Wake of the récent Financial turndown ? »
Mimi Gregory, présidente de la Fédération tient pour sa part un discours prudemment optimiste. « Je pense que cette année fut meilleure que la précédente, dit-elle. La crise n’est pas derrière nous mais on sent que les gens ont plus d’énergie et d’espoir.Ils ont assisté plus volontiers aux événements proposés cette saison. »

Le prix Charbonnier, destiné à distinguer une personnalité pour son action en faveur de la culture française aux Etats-Unis, sera décerné cette année au comte Gilbert de Pusy de La Fayette, descendant du marquis de La Fayette. Il succèdera à Brad Bird, le réalisateur du film d’animation Ratatouille. L’ambassadeur de France aux Etats-Unis Pierre Vimont a confirmé sa présence à cette réception.
Les organisateurs espèrent pouvoir annoncer celle du très francophile maire de La Nouvelle-Orléans, Mitch Andrieu, lors d’un diner prévu le 14 octobre, à la Napoleon House, construite il y a 200 ans dans l’espoir d’accueillir l’Empereur en exil…


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related