Subscribe
the-forgotten-montclair-university-NJ

“Je ne voulais pas faire un film Wikipedia sur Yves Saint Laurent”

Le film Yves Saint Laurent actuellement au cinéma à New York et Los Angeles en attendant une sortie nationale, revient sur 20 ans de la vie du créateur, de sa jeunesse à Oran à sa célèbre collection Ballets Russes en 1976. Rencontre avec le réalisateur du film Jalil Lespert, et avec celui qui interprète le couturier, Pierre Niney.

France-Amérique : Quelle part a pris Pierre Bergé dans la conception du film ?

Jalil Lespert : Il a participé à la préparation seulement. Il nous a prêté les robes dessinées par Yves Saint Laurent et nous a aussi permis de rencontrer tous ceux qui ont partagé la vie du couturier. Il était conscient qu’on ne faisait pas un film pour lui mais pour le plus grand nombre. Il a vécu avec des artistes toute sa vie, dont Bernard Buffet avant Yves Saint Laurent, et nous a laissés entièrement libres sur le scénario. C’est un homme intelligent, et ça aurait été idiot de sa part de vouloir contrôler le film.

Aviez-vous peur de le décevoir lorsque vous lui avez montré le film ?

JL : La première fois que j’ai montré le film à Pierre Bergé, avant la sortie, je ne faisais pas le fier. Je n’avais pas peur, mais je me sentais un peu responsable. Sans tomber dans l’hagiographie, il s’agissait d’être à la hauteur du sujet.

Moralement, est-ce difficile de réaliser un film sur un personnage décédé récemment pour montrer ses faiblesses, ses addictions, ses colères ?

JL : Je pars du principe qu’au cinéma, on aime nos héros aussi pour leurs failles, sinon il n’y a aucune empathie. On ne voulait pas faire un film wikipedia, une vision fantasmée. On a essayé de comprendre le fonctionnement intime de Yves Saint Laurent sans en faire un demi-dieu.

Pouvez-vous nous parler du travail en amont que vous avez effectué pour préparer le film ?

JL : On a fait un travail d’archéologue pour essayer de comprendre les collections, leur sens, pourquoi ça a été révolutionnaire. J’ai beaucoup collaboré avec les gens de la fondation YSL pour reconstituer des lieux, des ambiances et bien sûr des vêtements. La mode, c’est comme la danse et la tauromachie, il y a des codes. Pour parler des coulisses d’Yves Saint Laurent le couturier, il fallait une rigueur dans la reconstitution. Je voulais de l’ultraréalisme quand il s’agissait d’évoquer son travail. J’étais plus libre pour parler de son intimité. Ça ne nous intéressait pas de savoir de quel côté du lit il dormait !

Pierre Niney, comment avez-vous travaillé votre inteprétation d’Yves Saint Laurent ?

Pierre Niney : J’avais une mission de ressemblance évidente, c’était un des défis du rôle. Mais jamais Jalil Lespert ne m’a dit : “ça, ce n’est pas Saint Laurent”. J’avais fait cinq mois de préparation pour voir ce que j’aimais chez lui, pour embrasser le personnage, l’incorporer assez pour ne pas avoir à l’imiter. Il fallait que ce personnage m’appartienne. Une fois qu’on s’était mis d’accord avec Jalil sur les mouvements du corps et sur la voix, j’étais libre dans mon interprétation. Parfois, sur certains scènes, j’essayais quand même de coller à la réalité. Je me suis déjà retrouvé juste avant une séquence à appeler Betty Catroux, la meilleur amie de Yves Saint Laurent et sa muse, pour lui demander si, lorsqu’il sortait en boîte, il portait un costume ou un jean et une chemise.

Comment s’est passé l’achat du film par le distributeur américain, la Weinstein Company?

JL : Harvey Weinstein a lu le scénario à Berlin et a décidé d’acheter le film six mois avant même le début du tournage. Je lui ai tout de suite dit : “il parait que vous allez remonter mon film et remonter ma musique ?” Mais il m’a assuré qu’il ne toucherait à rien et il a tenu sa promesse. Il ne faut pas croire que c’est une pratique qui n’existe qu’aux Etats-Unis. En France aussi, ton producteur ou distributeur peut te dire de changer ton long-métrage. En tant que réalisateur, il faut accepter qu’on ne fait pas un film tout seul et savoir ranger son ego.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related