Subscribe

« Je peux expliquer le 11 Septembre, pas Haïti »

Depuis ce lundi, la ville de New York a ouvert un bureau destiné à renseigner les ressortissants américains d’origine haïtienne qui souhaitent rapatrier leur famille qui se trouvait à Haïti au moment du tremblement de terre. Le centre aidera également les Haïtiens arrivés à New York après la catastrophe pour toutes les questions de santé et de scolarisation. Marie, José, et Joseph, tous trois Haïtiens d’origine, expliquent à France-Amérique leur présence dans ce centre.

Marie Légitime : « Je vis à New York depuis 25 ans. Ma mère, qui habite aussi New York, était partie en Haïti quelques jours avant le tremblement de terre pour voir ma sœur pendant trois semaines. Depuis, elles sont toutes les deux coincées là-bas. Je ne comprends pas pourquoi ça prend tant de temps alors que ma mère est américaine. Les autorités m’ont dit que son avion, qui devait atterrir à New York le 4 février, a été repoussé aux 11 mars. Ma mère a 75 ans, elle dort actuellement avec ma sœur sous une tente. Je ne peux pas la laisser là-bas pendant un mois et demi ! Je suis inquiète. Je pense que je vais me rendre en République dominicaine pour les aider. J’entends des rumeurs comme quoi on va nous aider, mais j’attends toujours. Les gens ici m’ont juste donné quelques papiers, mais ne peuvent rien faire pour moi. Il faut que je fasse quelque chose très rapidement, car la situation est dramatique là-bas. Je peux expliquer le 11 Septembre, mais ce qui s’est passé à Haïti, je ne comprends toujours pas. »

José Laurette : « J’essaye de faire rapatrier ma fille aux États-Unis. Je suis américaine et j’ai vécu avec elle à New York pendant quelques années. Elle était rentrée à Haïti car c’était plus simple pour tout le monde. Maintenant que la situation est catastrophique là-bas, je veux qu’elle revienne vivre avec moi à New York. Mais les autorités disent que je n’ai pas assez de preuves. Je ne comprends pas ce qu’ils veulent de moi. »

Joseph Avenie : « Ma sœur et mon frère sont bloqués à Haïti. Ils ne sont qu’à quelques kilomètres de Port-au-Prince et n’ont toujours pas vu une seule personne de l’aide humanitaire. J’espère que leur rapatriement va être possible car la fille de ma sœur vit à New York. Je pense que c’est une bonne raison. On m’envoie à plein d’endroits différents, je ne sais pas trop quoi faire. »

Infos pratiques :

National Guard Armory, 1579 Bedford Avenue.
Ouvert de 10 heures à 20 heures du lundi au vendredi, et de 10 heures à 16 heures le samedi.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related