Subscribe

Jean Brassard, la passion d’Yves Montand

Douze reprises, des intermèdes narratifs et quelques pirouettes théâtrales, il n’en fallait pas plus au chanteur et acteur québécois Jean Brassard pour célébrer, encore hier soir, au National Art Club de New York, la vie et la carrière de l’immense Yves Montand.

Jean Brassard a offert hier à son public du National Art Club de New York un unique moment de partage. L’emmenant tour à tour en voyage à Paris, puis New York, rencontrer Édith Piaf ou Simone Signoret, le cœur de ces passagers privilégiés s’est laissé vagabonder de petites ruelles pavées en grands boulevards. La douceur de l’amour, une bicyclette, des feuilles mortes, mais une danse qui recommence… Et un final en parfaite adéquation : « C’est si bon ».

Depuis bientôt cinq ans, Jean Brassard et ses excellents musiciens rendent hommage à l’artiste disparu. Ils se produisent à New York, Montréal, en Belgique, à Lille et (bien sûr) à Paris, rencontrant à chaque fois un très large succès. Un peu plus d’une heure de show song and dance (comme Montand savait si bien le faire), l’occasion pour les plus jeunes de découvrir l’un des mythes de la scène française du XXe siècle et, pour ses amateurs les plus férus, de le voir revivre.

Dès son plus jeune âge, Jean Brassard est bercé par les chansons de l’artiste. Ses parents lui ont transmis leur passion et « mon père, son accordéon », dit-il. Et justement, pour le show, il s’essaye à l’instrument… belle réussite ! Il joue aussi de l’harmonica, danse, s’amuse, sourit… quel plaisir ! Au piano, le fabuleux Richard Maheux semble aux anges et le public a les yeux qui brillent. La richesse artistique n’est pas chose commune et, au-delà des applaudissements sans demi-mesure, le ravissement est au paroxysme.

Grande gueule sympathique, méditerranéen, homme à femmes et, surtout, incroyable chanteur et acteur populaire, Yves Montand fait partie intégrante des Artistes du XXe siècle. Né à l’octobre 1921, en Italie, Ivo Livi (son vrai nom) grandit à Marseille dans le sud de la France, avec son frère et sa sœur. Son père Giovanni, militant communiste, voulait fuir le régime fasciste italien. En 1929, la famille obtient la nationalité française. Passionné de cinéma, c’est Fred Astaire et ses numéros de claquettes qui fascinent le cadet encore un peu timide. « En 1938, il accepte la proposition d’un régisseur de music-hall qui cherche quelqu’un pour “chauffer la salle” et après trois semaines de répétitions acharnées et un changement de nom en Yves Montand (enfant, il jouait dans la rue et sa mère Giuseppina le hélait par la fenêtre : “Ivo! Monta!”), il passe sur scène devant un public qui applaudit à tout rompre. La légende est née » – www.rfimusique.com, biographie. Interrompue par la Seconde Guerre mondiale, la carrière de Montand redémarre au printemps 41 pour ne plus jamais s’interrompre. Il rencontre Édith Piaf, un tournant décisif dans sa vie d’artiste, Jacques Prévert, Simone Signoret, Henri-Georges Clouzot qui lui donne réellement sa chance en tant qu’acteur, Arthur Miller et sa femme Marilyn Monr

oe, entre autres. Il atteint en quelques années le statut de vedette internationale. Il décède d’un infarctus du myocarde, le 9 novembre 1991 dans l’Oise à Senlis.

Jean Brassard chante Montand, le gamin de Paris, s’inspire de lui et nous livre de merveilleux instants de magie. À suivre !

Site officiel de Jean Brassard

Le GAMIN de PARIS
JEAN BRASSARD chante MONTAND

Co-écrit et dirigé par Jean Brassard et David Krueger
Direction musicale et piano Richard Maheux

Chansons, paroles/musique

LA CHANSONNETTE, Jean Dréjac / Philippe-Gérard
SOUS LE CIEL DE PARIS, Jean Dréjac / Hubert Giraud
LA BICYCLETTE, Pierre Barouh / Francis Lai
CE MONSIEUR-LÀ, Henri Contet / Marguerite Monnot
SYRACUSE, Bernard Dimey / Henri Salvador
LE GAMIN DE PARIS (The Kid from Paris), Mick Micheyl / Adrien Mares
GRANDS BOULEVARDS, Jacques Plante / Norbert Glanzberg
SANGUINE, joli fruit (Blood Orange), Jacques Prévert / Henri Crolla
CASSE-TETE (Headblows), Gebe / Phillippe Gérard
L’ETRANGERE, Louis Aragon / Léo Ferré
LES BIJOUX (The Jewels), Charles Baudelaire / Léo Ferré
DANSONS LA ROSE (Roses of Picardy), F. Whetherly / Haydn Wood / Eddy Marnay
LES FEUILLES MORTES, Jacques Prévert / Joseph Cosma
C’EST SI BON, André Hornez / Henri Betti

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related