Subscribe

Jean Nouvel pointe une tour vers le ciel de Manhattan

L’architecte français a dessiné un spectaculaire immeuble fuselé pour New York. Voisin du MoMA, il devrait s’élancer à 350 mètres à la fin 2011.

New York aura son pic épatant, sa flèche époustouflante. Cette tour qui devrait être pointée vers le ciel de la cité à la fin de 2011 sera signée Jean Nouvel. L’architecte français, qui a construit le Musée du quai Branly mais dresse aussi d’autres gratte-ciel de Barcelone à Doha, avait remporté au printemps un concours international organisé par la société d’immobilier Hines. Et avec ses esquisses dévoilées le 15 novembre, Jean Nouvel s’immisce dans le mythe de Manhattan, ce quartier dont les héros s’appellent Empire State ou Chrysler Building. Mieux, avec cette “tour Verre”, il serait sur le point de réveiller la légende. Avec ses 350 mètres, le futur édifice ne sera pas seulement une des quatre ou cinq plus hautes tours de la ville. À lire le New York Times, il promet aussi d’être la création “la plus exaltante dans le skyline” depuis bien longtemps.

Entre les 53e et 54e rues, à partir d’un petit parking de 1 800 mètres carrés, voisin du Museum of Modern Art, le fameux MoMA, va se dresser cette étonnante aiguille qui, de surfaces planes en pans obliques, parviendra à se hisser à 75 étages. Fidèle à sa conception d’une architecture définie pour un contexte précis, Jean Nouvel souligne que la forme est née des contraintes du site: “Elle épouse son contour puis se réduit pour entrer dans le gabarit constructible.”

Pour se tenir sur une si faible assise, la tour Verre s’appuiera sur son tronc central et surtout sur une structure périphérique en poutres croisées. Le maillage asymétrique sera très présent dans les espaces intérieurs et identifiable depuis l’extérieur, grâce à son empreinte sérigraphiée sur la façade. La tour semblera enserrée dans une grande “toile d’araignée gris le plus abstrait ou encore “battleship”, la couleur des navires de guerre”, décrit Jean Nouvel.

L’architecte avoue pourtant que sa tour effilée aurait pu avoir une autre forme. “Lors du concours, il était demandé de faire deux propositions, raconte-t-il. J’avais donc aussi imaginé un autre immeuble, plus parallélépipédique. Autant dire qu’il a surtout servi de faire-valoir à celle-ci.” Les investisseurs se sont laissés tenter par cette audace, sans doute conscients qu’ils pouvaient s’offrir une icône de réputation internationale.

Certains objecteront peut-être que dans la cité américaine, les gratte-ciel ont les épaules plus carrées. Mais Jean Nouvel les renverra aux dessins de Hugh Ferriss. Au début du XXe siècle, cet architecte américain traça un New York hérissé d’immeubles en pointes qui, dit-on, inspira générations de constructeurs ainsi que les créateurs de l’étrange Gotham City où évolue Batman. Pour Jean Nouvel, sa tour est donc “très new-yorkaise”.

À terme, la tour offrira quelque 66 000 mètres carrés qui permettront d’abord au prestigieux voisin de l’ouest, le MoMA, de disposer de nouvelles galeries. Viendront s’y ajouter des commerces au rez-de-chaussée et un hôtel d’une centaine de chambres. Cet immeuble offrira enfin quelque 45 à 50 étages de logements.

“Plus on montera, plus ils seront exceptionnels, les derniers appartements auront une vue à 360 ° sur Manhattan”, annonce Jean Nouvel. Comme si la tour Verre ne faisait déjà pas suffisamment rêver…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related