RIP

Juliette Gréco et Miles Davis, l’histoire d’amour impossible

Dans le Paris de l’après-guerre, la chanteuse française Juliette Gréco, qui est décédée le 23 septembre à l'âge de 93 ans, et le musicien américain Miles Davis vécurent une parenthèse passionnelle. Un amour interrompu par le racisme de la société américaine.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Juliette Gréco et Miles Davis à Paris en mai 1949. © Jean-Philippe Charbonnier/Rapho

Juliette Gréco, la muse de Saint-Germain-des-Prés, a 22 ans lorsqu’elle pose les yeux sur le trompettiste, « Picasso du jazz » en devenir. Nous sommes en mai 1949 : le Festival international de jazz renaît à Paris et les pointures américaines du bebop ont fait le déplacement. C’est la première fois que Davis quitte les Etats-Unis. Il joue salle Pleyel avec le quintet du pianiste Tadd Dameron. « Je le voyais de profil : un dieu égyptien », se souviendra Gréco, qui l’observe depuis les coulisses. « Je n’avais jamais vu un homme aussi beau et je n’en ai pas vu de plus beau depuis. »

juliette-greco-miles-davis-paris-salle-pleyel-1949
Juliette Gréco et Miles Davis à la Salle Pleyel, à Paris, en mai 1949. © Jean-Philippe Charbonnier/Gamma-Rapho

Les amants vivent ensemble à l’hôtel La Louisiane, dans le 5e arrondissement. Au bras de Gréco, Davis rencontre Jean-Paul Sartre, Boris Vian et Picasso ; ils se promènent le long de la Seine, main dans la main, s’embrassent. Une chose impensable aux Etats-Unis, où les relations interraciales sont alors interdites. Davis jouit en France d’une liberté nouvelle. « Je ne m’étais jamais senti ainsi de toute ma vie », écrira- t-il dans son autobiographie. « C’était la liberté d’être en France et d’être traité comme un être humain. »

Nombre de musiciens afro-américains s’installent à Paris, mais Davis fait le choix de rentrer. A Sartre, qui lui demandera pourquoi il refuse de demander Gréco en mariage, il répond : « Parce que je l’aime. » « Il savait que le noir et le blanc n’allaient pas ensemble », commentera-t-elle des années plus tard. « Il savait que je serais malheureuse et traitée comme une pute de bas étage en Amérique. »

couv-cover-france-amerique-magazine-aout-august-2021-pop-up

Le meilleur de la culture française

Publié dans un format bilingue, en français et en anglais, le magazine France-Amérique s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la culture française et à l’amitié franco-américaine.

Déjà abonné ? Se connecter