Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

Kerry commémore la libération en 1944 d’une commune française, son fief familial

Le secrétaire d’Etat John Kerry a commémoré samedi la libération de Saint-Briac-sur-Mer à l’été 1944, une commune qui est le fief d’une partie de sa famille.

Le chef de la diplomatie américaine est depuis vendredi soir dans la résidence familiale des Essarts à Saint-Briac, un manoir construit dans les années 1920 par son grand-père maternel, James Forbes. M. Kerry, qui a assisté vendredi aux commémorations du Débarquement en Normandie, a rendu samedi hommage à la mémoire de trois soldats américains tombés lors de la libération de Saint-Briac, le 15 août 1944.

C’est “merveilleux d’être ici pour célébrer le lien éternel qui unit les États-Unis et la France”, a déclaré le secrétaire d’Etat, très souriant et faisant un effort pour faire tout son discours en français, dans une ambiance très chaleureuse. Des centaines de villageois et des dizaines d’Américains ont fait le déplacement pour cette cérémonie animée par un orchestre de jazz. “La France s’est reconstruite pierre par pierre. Aujourd’hui la France est plus forte que jamais”, a-t-il ajouté sous un grand soleil.

La libération de Saint-Briac a été immortalisée par une photo devenue fameuse, montrant un G.I. américain embrassant une petite fille française. Le cliché avait été pris par un soldat de la 83e division d’infanterie, Tony Vaccaro, présent samedi aux célébrations à Saint-Briac. M. Kerry a inauguré une place portant le nom du photographe et a remercié le maire et la commune de Saint-Briac, dont les habitants à la fin de la Seconde guerre mondiale avaient pu préserver quelques vestiges de la maison des Essarts, qui fut occupée puis incendiée par les nazis. La résidence fut ensuite reconstruite après la guerre par la famille Forbes.

Le grand-père maternel de John Kerry, M. Forbes, était issu d’une riche famille américaine de Boston (Massachusetts, nord-est des États-Unis) originaire d’Écosse. M. Forbes faisait des affaires dans les années 1920 en France. Lors de sa première tournée européenne comme secrétaire d’Etat, en février 2013, John Kerry avait longuement évoqué sa mère Rosemary Forbes, née à Paris. M. Kerry avait raconté qu’elle avait été “très active au début de la Seconde Guerre mondiale” comme infirmière soignant des blessés revenus du front, avant de fuir Paris en 1940, “traverser la France à vélo jusqu’au Portugal pour prendre un bateau vers l’Amérique”.

Le dirigeant américain est cousin germain d’un ancien ministre français de l’Environnement, Brice Lalonde. Outre la France, M. Kerry a ses racines très profondément enfouies dans l’histoire européenne. Il est aussi issu, côté paternel, d’une famille de juifs austro-hongrois convertis au catholicisme et qui avait émigré aux Etats-Unis au tout début du 20e siècle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related