Subscribe

La boîte à joujoux de Debussy présentée en ombres chinoises à New York

Le lundi 25 novembre sera présentée La boîte à joujoux de Claude Debussy à la City University of New York (CUNY). Un conte musical d’ombres chinoises mis en scène par l’artiste française Caroline Borderies.

Contrairement à ce que leur nom pourrait laisser penser, les ombres chinoises sont nées en Inde. Elles constituent l’une des formes artistiques les plus anciennes ayant jamais existé. Caroline Borderies, artiste française qui vit aux Etats-Unis depuis 15 ans, fait perdurer cette manière de raconter les histoires. Elle crée des pièces pour enfants qui séduisent les plus âgés par leur beauté et leurs “bandes sonores” classiques.

La prochaine représentation est un ballet pour marionnettes, commandé par le fabricant de jouets André Hellé à Claude Debussy en 1913. André Hellé explique à l’époque : “les boîtes à joujoux sont (…) des sortes de villes dans lesquelles les jouets vivent comme des personnes. Ou bien les villes ne sont peut-être que des boîtes à joujoux dans lesquelles les personnes vivent comme des jouets”. Dans la pièce, un petit soldat rencontre une poupée de porcelaine dont il tombe éperduement amoureux. Malheureusement pour lui, la belle a déjà donné son coeur à l’incorrigible Polichinelle, fainéant et hargneux.

“C’est une pièce d’une demi-heure, sans texte ni voix-off”, explique Caroline Borderies. “Les ombres chinoises ont l’avantage de laisser travailler l’imagination du spectateur. C’est à lui de poser les couleurs sur les formes.” L’artiste – contactée par la pianiste bosnienne Mirna Lekic à l’origine du projet – a créé les décors de A à Z et produit ses spectacles à l’aide de sa fille, Suzanne Borderies. “Il n’y a rien de plus simple et archaïque que les ombres chinoises. Cela dit, ça fascine toujours. Les enfants sont captivés par les ombres ; les adultes ont leur propre interprétation du spectacle. Personne ne reste indifférent.”

Plus d’infos : Représentation unique, lundi 25 novembre à 19h30 au Graduate Center du Elebash Recital Hall – 365 Fifth avenue, New York. Mirna Lekic au piano. Sur une musique de Ali Zadeh, Listz, Haydn et Villa-Lobos. Entrée libre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related