Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

La Compagnie, un Paris-New York low-cost en classe affaire

Après L’Avion – lancé en 2007 et revendu pour 68 millions d’euros à British Airways en 2009 – le Français Frantz Yvelin réitère son offre de vols business low-cost. Le 11 juillet prochain, il lance son nouvel opérateur, la Compagnie, entre Paris et New York, l’un des itinéraires les plus concurrentiels au monde.

Avec six opérateurs assurant la connexion Paris-New York, Frantz Yvelin et Peter Luethi, co-fondateurs de La Compagnie entendent se démarquer des offres préexistantes grâce à un produit différent : des vols business class low-cost, annoncés comme le meilleur rapport qualité-prix sur le marché.

Les vols seront directs entre Newark et l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, avec des horaires pensés pour les hommes d’affaires (arrivée à 20h30 à Newark en partant de Paris à 15h50, et arrivée à 11h15 à Paris en partant des Etats-Unis à 21h45). L’accent a été mis sur le confort, avec seulement 74 sièges inclinables à 180 degrés dans l’appareil, tous équipés de tablettes, envoyant aux oubliettes les traditionnels écrans encastrés dans les dossiers. Les menus seront élaborés par le chef étoilé de l’Hôtel Matignon, Christophe Langrée. Le wi-fi sera disponible dans l’appareil “car il faut pouvoir être connecté et joignable constamment à notre époque”, insiste Peter Luethi.

Outre l’Avion, d’autres compagnies comme Eos, MAXjet, et Sliverjet ont récemment tenté le pari de vols transatlantiques réservés aux business class à des prix cassés. Toutes ont échoué au bout de deux ou trois ans. Mais selon Peter Luethi, La Compagnie devrait réussir aujourd’hui car le marché a évolué. “L’Avion, qui a le mieux marché parmi toutes ces compagnies a énormément souffert de la crise économique et financière. Ça n’a pas non plus été un échec total puisque British Airways l’a rachetée et qu’elle continue à fonctionner sous le nom Open Skies”. Peter Luethi assure que les avancées technologiques permettent de réduire les frais, notamment de personnel, et de réaliser une plus grande marge sur chaque siège qu’il y a cinq ans. “Pourtant, les prix des autres compagnies sont plus chers aujourd’hui. Donc avec des prix raisonnables, nous devrions trouver notre clientèle”.

Un vol Paris-New York à partir de $1 800

Pour le moment, un seul appareil assurera la ligne, un Boeing 757-200 d’Iceland Air. Un deuxième appareil devrait entrer en service en décembre. Trois gammes de prix seront proposées, avec une grande flexibilité des échanges et remboursements. Les places aller-retour dites full-flex, échangeables et remboursables sans frais, coûteront jusqu’à $4 600, les places aux frais d’échanges élevés coûteront elles au moins $1 800. Une offre de lancement de la compagnie aérienne proposera des billets pour deux personnes à $2 372 cet été en aller-retour.

Avec des prix pratiqués de 30 à 50% moins élevés que ceux de la concurrence en business class, La Compagnie, une marque de la société DreamJet, compte atteindre l’équilibre financier d’ici 18 mois. Elle a récolté 30 millions d’euros d’investissements privés européens et américains pour tenir jusque-là. Pour le très optimiste Peter Luethi, la concurrence avec Open Skies, qui propose des services similaires, n’en est pas une. “En ouvrant leurs avions aux classes économiques, ils ne se concentrent plus seulement sur les business-class. Ils ont perdu leur singularité”. Si Peter Luethi se refuse de commenter les résultats décevants d’Open Skies, il assure que La Compagnie s’ouvrira à d’autres villes, mais pas aux classes économiques. “C’est un marché différent et il faudrait un concept différent”.

Quant à Air France, qui s’était inquiété de l’arrivée de L’Avion sur le marché des vols transatlantiques en 2007, affirme cette fois ne pas prendre trop au sérieux la concurrence de La Compagnie. Pour le PDG d’Air France, Alexandre de Juniac, les collaborations entre Air-France-KLM et Delta, et entre British Airways et American n’ont jamais été aussi solides et les finances de nombreuses compagnies sont bien plus équilibrées aujourd’hui qu’il y a cinq ans.

Le site de La Compagnie ouvrira le 1er juillet prochain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related