Subscribe

La disparition d’Andrée Boucher, mairesse de la ville de Québec

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès d’Andrée Boucher, la mairesse de Québec, le 26 août dernier à 70 ans à la suite d’un malaise.  Elle avait accepté de recevoir France-Amérique, il y a quelques semaines pour évoquer le 400e anniversaire de la ville de Québec, “sa” ville, qui sera célébré tout au long de l’année 2008. Sa personnalité chaleureuse, directe et joviale nous avait immédiatement séduite. Mais c’est bien sûr son parcours qui force l’admiration. Cet ancien professeur avait une vraie passion pour la chose municipale. “Cela fait 40 ans que je m’occupe de politique municipale. La vie en ville me fascine depuis que j’ai 14 ans : en 1951 j’avais suivi avec passion les travaux d’étagement du chemin Saint Louis qui enjambe la route 175 à l’entrée de Québec”,  nous avait raconté cet ancien professeur élue pour la première fois maire de Sainte-Foy en 1985. Élue à la mairie de Québec en novembre 2005, après avoir mené une campagne sans programme et affiche électorale au cours de laquelle elle se vantait de ne pas avoir dépensé plus de 5000 $, elle avait reçu le soutien des habitants . “Si je sors dans la ville à pied je ne peux pas avancer”,  nous avait dit la mairesse qui répétait souvent que la ville appartient au citoyen. Sa personnalité haute en couleurs ne lui valait pas que des amis. La construction d’un hôtel de ville de 41 millions de dollars à Sainte-Foy avait fait grincer des dents. Mais pour Andrée Boucher qui passait son temps à arpenter les villes – Paris, Bordeaux Bucarest- à la recherche d’idées, d’éléments de comparaison, une ville doit être belle. “Je crois beaucoup à l’entretien des villes, propres, attrayantes, bien tenues, où l’on se sent protégé”.

À Québec le chantier du 400e anniversaire lui donnait raison avec 1 milliard de dollars canadiens investis sur trois ans. Si l’aménagement des plaines d’Abraham avait été le grand chantier du 300ème anniversaire, celui de l’aménagement du bord du fleuve  sera celui du 400ème. “2008 ce n’est pas la fin, c’est le commencement” disait Andrée Boucher à propos de ce projet. Cette initiative, qu’elle a engagée et soutenue depuis le départ sera, nous l’espérons, à la hauteur de la personnalité de cette grande dame.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related