Subscribe

La fin d’un périple à la rencontre des expatriés français

Trois semaines après son départ de Montréal, Antonin Chabannes a mis fin à son road-trip américain. Un périple touristico-citoyen qui a mis en avant le peu d’attente des expatriés face à l’arrivée des députés des français de l’étranger.

“La très grande majorité n’était pas au courant de ces élections. Et pourtant, ce sont des gens qui suivent l’actualité et qui votent aux présidentielles”. C’est la conclusion que tire Antonin Chabannes de ces nombreuses rencontres avec les expatriés français à travers tous les États-Unis. Apprenant la nouvelle, plusieurs expatriés espèrent que la création d’un tel poste facilitera les démarches pour ceux qui souhaitent retourner en France.

Passé par des États aussi différents que la Pennsylvanie, l’Oklahoma ou le Nouveau-Mexique, Antonin Chabannes a trouvé un point commun aux nombreux expatriés qu’il a rencontrés : la raison de leur venue au États-Unis. “La plupart sont venus pour l’argent. Soit pour en faire plus, soit pour en payer moins”, sous-entendu, reverser moins d’impôts. “Et c’est vrai quelque soit la profession, chercheur ou restaurateur”, précise t-il.

Une rencontre surprise avec un vétéran de la seconde guerre mondiale

Ses derniers kilomètres à travers les Etats-Unis l’ont amené a rencontrer Claudie, une française restauratrice à Albuquerque depuis 24 ans. La Crèpe Michelle, construit dans cette ville il y a plus de 35 ans, est un des plus vieux restaurants de la ville. À sa tête, Claudie, une française partie à Albuquerque pour ses études et qui n’est jamais revenue en France.

“Nous sommes une centaine de Français et la communauté est assez active. Nous nous réunissons assez souvent, notamment à travers l’Alliance Française”. Claudie raconte que lors de la guerre en Irak, là où certains de ses collègues restaurateurs avaient vu leur établissement saccagé lorsque la France avait refusé d’entrer en guerre, les habitants d’Albuquerque faisaient la queue devant son restaurant. “Preuve que la communauté française est très bien intégrée ici”, se félicite t-elle.

Une des dernières rencontres d’Antonin Chabannes fut sans doute une des plus étonnantes. Dans un petit village du Nouveau-Mexique, et alors qu’il prenait un café, le Français a entamé la discussion avec un vétéran américain de la Seconde Guerre Mondiale. “Il avait débarqué à Marseille. Il a toujours gardé un lien particulier avec la France d’autant que ses parents étaient originaires du pays basque. “C’était étonnant de le croiser ici, dans ce village de cow-boy”.

Le blog d’Antonin Chabannes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related