Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

La France, championne des Nobel de littérature, lit de moins en moins

La France, championne du monde des Nobel de littérature avec 15 lauréats, pays des intellectuels engagés, lit “de moins en moins”, selon une étude dévoilée alors que s’ouvre vendredi le Salon du Livre.

“Il y a une dynamique de lecture en baisse”, dit Vincent Monadé, président du Centre national du livre (CNL), en présentant cette étude Ipsos-CNL, publiée lundi, “Les Français et la lecture”. Un Français sur trois (33%) déclare “lire de moins en moins de livres” et ce pourcentage atteint 45% dans la tranche 15-24 ans. Seulement 18% des Français déclarent lire “de plus en plus de livres”. “C’est inquiétant, on ne peut pas s’en satisfaire”, souligne Vincent Monadé.

Les hommes adultes lisent surtout de l’Histoire, les femmes adultes des romans, alors que les jeunes préfèrent la science-fiction et la fantaisie. “C’est la première fois qu’une étude met en valeur la rupture de genre entre les adultes et les jeunes”, dit le président du CNL, qui appelle à “développer une offre plus en adéquation avec les attentes des jeunes”. Pire encore, “39% des gens dont les familles n’étaient pas lectrices ne sont pas lecteurs”, dit Vincent Monadé. “Un constat terrible, quasiment un schéma bourdieusien”, ajoute-t-il en référence à l’oeuvre du sociologue Pierre Bourdieu sur la reproduction sociale.

Cette étude est publiée alors que s’ouvre vendredi à Paris le Salon du Livre, avec le Brésil à l’honneur, 200 000 visiteurs et 50 pays attendus. La France reste, certes, une nation de lecteurs: 90% des Français disent avoir lu au moins un livre par an (tous supports confondus, papier ou numérique), contre 76% aux Etats-Unis, selon une étude de 2014 du Pew Research Center.

‘Pas le temps’

C’est aussi un pays qui a remporté en octobre son quinzième prix Nobel de Littérature avec Patrick Modiano, six ans à peine après le Nobel de Jean-Marie Le Clézio, confortant son statut de champion mondial devant les Etats-Unis (12 Nobel de Littérature). Paris a rendu célèbre la figure de l’intellectuel engagé, de l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, et tout homme politique français se doit encore aujourd’hui de publier un livre. Mais, alors qu’aux Etats-Unis l’étude du Pew Research Center avait constaté, en 2014, une hausse de la lecture de livres après une légère chute en 2012, en France la dynamique à la baisse ne fait que s’accentuer.

Une forte majorité de Français (72%) affirment n’avoir “pas le temps” de lire davantage de livres et 61% déclarent ne pas pouvoir en lire plus parce qu’ils lisent “autre chose” (presse, blogs, contenus multimédias). Les Français écoutent de la musique (87%), regardent la télévision (84%), écoutent la radio (74%), surfent sur internet (68%), regardent des vidéos (66%), vont sur les réseaux sociaux (37%), jouent aux jeux vidéo (27%).

Face à ces activités multiples, “un livre reste un livre et c’est long à lire : on n’achète pas un chapitre!”, s’est exclamé Vincent Montagne, président du Salon du Livre de Paris. Il avait présenté jeudi une autre étude, réalisée pour le Syndicat national de l’édition (SNE) qu’il préside, confirmant la “dynamique à la baisse” du sondage Ipsos-CNL.

Les revenus tirés des ventes de livres au détail “ne cessent de baisser” depuis 2007 (-1,2% par an en moyenne), selon cette étude, qui constate “un moindre investissement des Français dans la lecture: de moins en moins de temps y est consacré, budget de plus en plus réduit, moins d’acheteurs achetant moins de livres”.

Que faire ? Pour le président du CNL, “il faut déclarer la lecture grande cause nationale”. “Une grande campagne sur la lecture, dit Vincent Monadé, serait une campagne de santé publique”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related