Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

La France et les Etats-Unis se disputent le titre de champion du tourisme

La France brandit le titre de championne du tourisme depuis des années. 2013 a une fois de plus confirmé l’engouement des étrangers pour le pays. Mais c’est seulement en nombre de visiteurs qu’il domine. La menace plane : ravir sa première position à la France est un rêve que les Etats-Unis comptent accomplir, possiblement d’ici 2021.

La France, championne du monde du tourisme en 2013. C’est ce que laisse entendre le dernier classement de la direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services (DGCIS), annonçant le 11 août dernier le chiffre record de 84,7 millions de touristes étrangers (plus 2% depuis 2012), érigeant le pays en “destination la plus visitée du monde” une fois de plus. La France arrive largement devant les Etats-Unis et l’Espagne qui ont accueilli respectivement 69,8 et 60,7 millions d’étrangers en 2013 selon la même étude. Une performance dont le ministère de l’Economie se réjouit. Ce qui n’est pas vanté en revanche, ce sont les recettes engrangées par la France grâce au tourisme. Et pour cause, malgré une affluence indubitable sur son territoire, elle ne fait pas aussi bien que son concurrent américain.

Les chiffres de 2012 de la Banque Mondiale positionnent les Etats-Unis en grands gagnants avec des recettes de plus de 200 milliards de dollars. La France arrive deuxième avec 63,5 milliards de dollars. Afin de comparer avec un pays d’échelle similaire, l’Espagne, qui reçoit 30% de visiteurs en moins que la France, a récolté 63,2 milliards de dollars de recettes en 2013 grâce au tourisme.

Pérénniser la première place de la France

Pourquoi la France gagne-t-elle autant ou moins que les autres avec un flux de visiteurs plus important ? Pour le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, c’est un paradoxe. Dans un entretien accordé au quotidien le Monde en mai dernier, celui-ci exprimait l’urgence pour la France de pallier “ses insuffisances”. Dans le collimateur, une offre par encore assez diversifiée et un accueil qui doit être amélioré. Les efforts sont concentrés sur Paris, où la grande majorité des touristes se rendent, au détriment des autres villes françaises.

Le plan de financement d’un “serpent de mer”, le Roissy Express qui permettra de rejoindre la capitale en vingt minutes, devrait être bouclé en 2015, et les travaux pourraient commencer en 2017. Des concertations sur la création de forfaits taxi raisonnables devraient être amorcées début 2015. En projet également, la rénovation du hall Eurostar à la Gare du Nord. “Quand on fait la comparaison avec Saint-Pancras à Londres, nous devons progresser”, affirmait le ministre en mai. Des améliorations de rigueur face aux ambitions américaines.

Objectif :  100 millions de visiteurs en 2021

Barack Obama avait en 2012 dévoilé ses intentions : faire des Etats-Unis la première destination touristique devant la France. L’idée sous-jacente étant de relancer l’emploi aux Etats-Unis. Le directeur du conseil économique et conseiller d’Obama, Jeffrey Zients, expliquait ainsi : “Plus de voyageurs étrangers, ça veut dire plus de jobs, c’est aussi simple que ça”. En mai dernier, la stratégie américaine se précise. Un plan d’action afin de réduire le temps d’attente dans les quinze plus grands aéroports du pays doit être mis en place en s’appuyant sur les tests faits à Dallas Fort Worth et à Chicago O’Hare. Ces derniers ont diminué leur temps d’attente de 40% en un an. 2 000 officiers de douane seront embauchés et affectés dans ces quinze aéroports, afin encore une fois de réduire les files d’attente jugées souvent trop longues par les touristes.

Les efforts accomplis par les Etats-Unis depuis 2009 ont déjà payé. Cette année-là, seuls 55 millions d’étrangers se sont rendus sur le territoire ; ce chiffre a augmenté de 15 millions en cinq ans et 175 000 emplois ont été créés depuis dans la branche. Mais le pays ne compte pas s’arrêter là et a pour but d’attirer 100 millions de visiteurs en 2021. Malgré une avance importante, la France s’est fixée exactement le même objectif pour 2020.

Opération séduction auprès du touriste chinois

Mêmes objectifs et mêmes proies. Tous les touristes ne se valent pas ; la France comme les Etats-Unis démultiplient leurs efforts pour faciliter la venue des touristes chinois, qui jouent un grand rôle dans le classement de la France en première place avec 1,7 millions de visiteurs cette année et une augmentation de 23% en un an. Non seulement de plus en plus de Chinois voyagent, mais ils dépensent aussi davantage que les autres touristes. Des statistiques américaines ont évalué la dépense moyenne par séjour des visiteurs tous pays confondus à 4 500 dollars. Les Chinois, pour leur part, dépensent jusqu’à 6 000 dollars par visite en moyenne.

Du côté français et sur décision de Laurent Fabius en janvier dernier, ces touristes en or peuvent se voir délivrer un visa en moins de 48 heures, alors que plusieurs semaines étaient nécessaires auparavant. Idem du côté des autorités américaines qui tentent de raccourcir toujours plus les délais d’obtention des visas pour les touristes des pays émergents et particulièrement ceux venus de Chine.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related