Subscribe

La France subit un drôle de climat

Publié le vendredi 24 août 2007

Alors que Météo France a publié un premier bilan désastreux de la saison estivale 2007, le collectif français Sherpa prépare une action judiciaire contre les plus gros constructeurs automobiles, en pointant du doigt leur responsabilité dans le réchauffement climatique.

« C’est l’été le plus pourri depuis 1977, pour ce qui est de la pluie et du manque d’ensoleillement, mais pas pour la fraîcheur », souligne Frédéric Nathan, prévisioniste à Météo France. Les températures, sans battre des records, seront tout de même descendues à 11,9 degrès au « plus chaud » de la journée, le 9 août. Aucune suprise donc, si pour la saison juillet/août -supposée la plus profitable- l‘hôtellerie et la restauration française ont fait grise mine en affichant une baisse de 3% par rapport à l’année 2006. « A Paris, au 23 août, on était déjà à 159mm, très proche du précédent record de 161mm [pour le mois d’août] qui date de 1931 », précise le météorologue. Pourtant, les ondées et les températures basses n’auront pas totalement eu raison des vacanciers. La pluie n’arrêtant pas le pèlerin, les villes ont noté une faible augmentation de 2% malgré le déluge permanent.

 

Tous les français n’ont pas noté cette baisse générale des températures dans l’Hexagone. Le collectif d’avocats Sherpa a décidé d’entrer en guerre contre les constructeurs automobiles et s’apprête à les assigner en justice à l’automne pour leur rôle dans le dérèglement climatique et le réchauffement de la planète. Tenus en partie responsables de la canicule de l’été 2003 et 2004, les constructeurs pourraient devoir verser des millions de dommages et intêrets. Pourtant, précise Me William Bourdon en tête du collectif, la procédure ne sera lancée que « lorsque les fondements scientifiques de la plainte seront incontestables ».

Si incroyable que cela puisse paraître, il ne s’agit pas d’une première. En septembre 2006, le procureur général de l’État de Californie, Bill Lockyer, attaquait les six plus grands constructeurs automobiles devant les tribunaux pour « nuisance publique ». Chrysler, General Motors, Ford tout comme les branches américaines de Toyota, Honda et Nissan ont été accusés de fabriquer des voitures rejetant des gaz à effet de serre qui, en plus de nuire à la santé publique, coûtent des milliards à l’État. Les  centaines de millions de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) polluant l’atmosphère chaque année seraient responsables, en plus du réchauffement climatique, de l’érosion des plages, de la réduction du volume d’eau provenant de la fonte des neiges, de la hausse du niveau de la mer, sans oublier l’accroîssement du risque d’incendie. Si le jugement n’a pas encore été rendu, le procureur général espère toucher la somme réclamée, soit des milliards de dollars, afin de « réparer les dégats dont l’indutrie automobile est la cause ».

 

Le collectif français Sherpa a donc de grandes chances de voir aboutir sa demande. Surtout si l’on prend en considération la décision rendue à l’amiable le 8 août dernier à Tokyo. Accusés des mêmes griefs, sept constructeurs automobiles dont Nissan (filiale Renault) ont été contraints de verser la somme de 7,4 millions d’euros à partager entre 520 plaignants.

 

Si l’exemple de la justice américaine semble parfois surprendre les français, ce procès pourrait devenir un cas d’école et faire prendre conscience aux entreprises de leur responsabilité en matière d’environnement.   

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related