Subscribe

La marine française teste sa nouvelle frégate dans les eaux américaines

Après un exercice militaire à Norfolk, en Virginie, la frégate européenne multi-mission (FREMM) Aquitaine a accosté à Brooklyn mercredi matin. Elle est de passage à New York jusqu’au 15 avril.

La marine nationale est fière de présenter son nouveau bébé, la frégate européenne multi-mission (FREMM) Aquitaine, plus performante, plus rapide, plus agile. Prévu pour les opérations à la fois nationales et interalliées, dans le cadre du renouvellement de la flotte française, le navire est le premier de la série et a quitté Brest en janvier pour une tournée des mers et des ports. L’objectif est double : tester l’engin et ses capacités, et le présenter à de potentiels acheteurs.

Ainsi, l’équipage français a fait étape en Virginie, à Norfolk, où était organisée une batterie d’exercices avec la marine américaine pour vérifier le système de combat, la communication et l’échange de données, les procédures… “Les Américains étaient plutôt impressionnés qu’on arrive à faire à 94 ce qu’ils font à environ 250 marins”, note le capitaine de vaisseau Benoît Rouvière, commandant de l’Aquitaine.

En effet, l’une des principales caractéristiques de l’embarcation est sa réduction drastique des effectifs, grâce à une automatisation poussée : elle nécessite moitié moins de recrues que les générations précédentes. Le lieutenant de vaisseau Pierre Montanié, officier de la lutte anti-sous-marine, prend ainsi l’exemple du sonar : “il ne faut que 4 personnes pour l’exploiter, contre 15 avant. Et une seule personne pour le mettre à l’eau – contre 6 avant – en 15 minutes, et non plus 1h15.” Ainsi la FREMM a pour vocation à la fois la lutte anti-sous-marine et la lutte anti-aérienne.

Sur le pont de cet édifice de 142 mètres de long, le nouvel hélicoptère connaît aussi sa première mission. “On appréhende le matériel, on se l’approprie et on voit jusqu’où on peut aller”, explique le capitaine de corvette Jérôme Dubois, chef du détachement aéro. L’équipage revient constamment sur le confort que cela représente de diviser les effectifs et sur l’efficacité nécessaire à un tel ratio : chaque tâche a ainsi été optimisée au maximum sur la FREMM.

Après Rio ou encore la Havane, l’Aquitaine se dirige maintenant vers le Nord, à savoir le Canada puis l’Islande. L’escale à New York, elle, était pour le plaisir : beaucoup des marins ont donné rendez-vous à leur famille dans la Grosse Pomme, pour des vacances à mi-parcours de leur mission.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related