Subscribe

La nomination de l’archevêque Francis George fait réagir

L’élection du cardinal Francis George à la tête du principal organe représentatif et décisionnel de l’Église catholique américaine, le "United States Conference of Catholic Bishops", relance le débat sur les cas d’abus sexuels par les prêtres.

"Nous sommes déçus que le cardinal George ait été élu. Nous aurions aimé que soit élu quelqu’un qui soit plus à la hauteur en terme de protection des enfants", déclarait Mary Pat Fox, la présidente de l’organisation catholique "Voice of Faithful" ("Voix des Croyants"). L’arrivée de Francis George à la tête de la Conférence des Évêques de l’Église catholique romaine a beau avoir été soutenue par 82% des 222 évêques réunis à Baltimore, elle ne fait pas l’unanimité de tous les fidèles. À 70 ans, l’archevêque de Chicago s’était pourtant fait remarquer pour sa participation à la rédaction de la Charte pour la protection des enfants, adoptée à Dallas en 2002. Il s’était également prononcé en faveur d’une plus grande transparence dans les affaires de pédophilie au sein de l’Église. Si la présidente de l’association luttant contre les scandales sexuels fait entendre son mécontentement sur ce choix, c’est en partie en raison de l’affaire du prêtre Daniel McCormack. Alors que plusieurs plaintes accusaient ce dernier d’actes pédophiles, Francis George – pourtant cardinal du diocèse où le religieux incriminé prêchait – a laissé l’homme d’église en poste en dépit de la demande de révocation de nombreux paroissiens. Le prêtre avait finalement été arrêté en janvier 2006, soit 24 ans après que l’Église ait pris connaissance de la situation et 19 ans après l’arrivée de Francis George comme archevêque de Chicago. "Pour nous, cela veut bien dire que le cardinal George ne mesure pas l’impact que ce type d’abus a sur les enfants et les familles pour le restant de leur jours", ajoute Mary Pat Fox.

Aux États-Unis, le problème d’abus sexuels perpétrés par les représentants de l’Église catholique mobilise beaucoup plus l’opinion publique qu’en Europe. Il faut dire que cette religion, une des plus représentées en Amérique du Nord avec le protestantisme, compte plus de 3 000 prêtres ayant fait l’objet d’une plainte depuis 2002. Ces affaires pédophiles coûtent chaque année une fortune à l’Église catholique américaine qui a dû débourser, en 5 ans, plus de 2,8 milliards de dollars de dédommagement aux victimes.

Face à un constat qui entache largement la respectabilité de cette communauté religieuse, la Ligue Catholique pour la Religion et les Droits civils décidait de publier un rapport sur "Les abus sexuels dans le contexte social : le clergé catholique et les autres professionnels". Dans cet état des lieux, établi en février 2004, on apprend que les abus sexuels touchaient quelques 90 000 enfants en 2001 aux États-Unis. L’étude cite également une enquête du New York Times selon laquelle 1,8% des prêtres ordonnés entre 1950 et 2001 ont été accusés d’actes pédophiles. "80% à 90% de tous les prêtres ayant abusé d’un mineur l’ont fait avec des garçons adolescents", écrit aussi le rapport. Il souligne que dans la plupart des cas, il s’agit d’un abus rattaché à un caractère homosexuel, dans la mesure où les enfants ne sont en général pas pré-pubères et qu’il s’agit, pour la grande majorité des cas, de garçons. Autre point important, l’étude met en évidence le fait que la pédophilie ne touche pas uniquement l’Église catholique. Elle signale que 2 à 3% des pasteurs (protestants) se rendraient coupables de ce genre de sévices sexuels. Des chiffres encore plus scandaleux se rapportent à cette communauté si l’on considère les actes sexuels commis entre les pasteurs et leurs paroissiens adultes. Cette étude, selon les enquêteurs, "ne cherche à disculper ou à incriminer personne" mais à "remettre le récent scandale de l’Église catholique en perspective". Si elle ne fait pas forcément acte de bonne foi, elle a au moins le mérite de faire parler d’un sujet trop souvent passé sous le silence.

Retrouvez "Les abus sexuels dans le contexte social : le clergé catholique et les autres professionnels" (texte en anglais) sur :

http://www.catholicleague.org/research/abuse_in_social_context.htm

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related