Subscribe

La rentrée de Nicolas Sarkozy selon « l’école américaine »

 


Ce mardi, Nicolas Sarkozy s’est rendu dans un collège du Loir-et-Cher pour présenter, devant des enseignants attentifs, sa vision de l’école. Certaines mesures ne sont pas sans rappeler les pratiques outre-Atlantique, alors que la réalité est bien différente.


 


Le collège de Bégon, classé en catégorie ZEP (zone d’éducation prioritaire), a été le théâtre soigneusement choisi par Nicolas Sarkozy pour venir présenter sa « lettre aux éducateurs », un document inédit dans lequel il exprime sa volonté de « rénover » l’école. « C’est la première fois dans l’histoire qu’un président de la République écrit à tous les enseignants » et qu’il le fait « avec conviction, avec passion », a-t-il déclaré à l’assemblée présente. Lors de cette intervention, le chef de l’État, accompagné pour le protocole du ministre de l’Éducation Xavier Darcos, a affirmé avec vigueur que « le temps de la refondation est venu », en ajoutant à l’intention du corps enseignant présent : « c’est à cette refondation que je vous invite nous la conduirons ensemble, nous avons déjà trop tardé ». Les grandes mesures présentées concernent principalement la réforme vers le « collège unique », « la remise à plat des programmes et des rythmes scolaires », une « éducation du respect », une « interdisciplinarité » et « le retour vers une culture générale ».


 


Concernant les similitudes avec les États-Unis, Nicolas Sarkozy a par ailleurs manifesté sa volonté de développer l’apprentissage des langues étrangères qu’il souhaite ainsi voir enseignées dès le CE1. Sur le sol américain, plus d’un sixième des enfants parlent une autre langue que l’anglais à la maison. Le président souhaite développer la part accordée aux sciences dans l’enseignement général mais aussi encourager les ateliers de littérature, de théâtre, de poésie, de philosophie, etc. Des choix qui ne sont pas sans rappeler le fonctionnement scolaire d’outre-Atlantique où les élèves, grâce à un emploi du temps « allégé » les après-midis (idée également soutenue dans les réformes envisagées), choisissent très tôt leurs options culturelles ou sportives, afin d’équilibrer  une palette de connaissances globalement plus scientifique. 


 


Parmi les autres temps forts de sa présentation et dans la lignée d’inspiration américaine, le président de la République a rappelé les valeurs qui lui sont chères comme « récompenser le mérite, sanctionner la faute » ou comme l’importance de l’équité. « L’égalité, ce n’est pas donner la même chose à chacun, il faut donner en fonction de ses mérites et de ses difficultés », a-t-il précisé en ajoutant qu’il souhaitait développer l’aide aux familles qui en ont besoin.


 


Comme annoncé dans sa campagne présidentielle, il a également prévu la suppression de 11 200 postes d’enseignants. Pourtant, rappelons qu’en France, la rentrée 2008 concerne plus de 878.000 enseignants pour 12 millions de collégiens et lycéens. Du côté américain, ils sont 6.8 millions de professeurs pour un total de 55.8 millions d’élèves. Les professeurs sont donc, en moyenne, en charge de 8.2 élèves seulement contre 13.6 dans l’Hexagone.


 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related