Subscribe

“L’Alliance française est une vieille dame qu’il faut dynamiser”

Venus de Minneapolis, El Paso, Dallas, Seattle ou Toronto, les représentants des Alliances françaises ont fait le déplacement à Washington D.C., les 23 et 24 octobre dernier, où se sont tenus les états généraux de la fondation Alliance française en Amérique du Nord.

Ils sont Américains et font vivre la culture française aux Etats-Unis ! Les présidents et directeurs d’Alliances françaises des Etats-Unis et du Canada, réunis à la Maison française de Washington, ont pu échanger sur les nouvelles pratiques du métier et faire connaissance avec Jérôme Clément, le nouveau président de la Fondation Alliance française en poste depuis septembre. Personnalité médiatique et fondateur de la chaîne culturelle et européenne ARTE, il succède à Jean-Pierre de Launoit, parvenu au terme de son mandat.

Peu de moyens mais des idées

“Le rayonnement culturel et linguistique de notre pays dépend de ces relais”, a rappelé le nouveau président du réseau. Avec 119 antennes (110 aux Etats-Unis et 9 au Canada), l’Alliance française d’Amérique du Nord constitue “le réseau culturel français numéro 1 au monde”, a souligné Gérard Araud, ambassadeur de France aux Etats-Unis. Particularité de ce réseau, ces associations de droit local et autonomes sont administrées bénévolement par les personnalités locales ; les Alliances françaises d’Amérique du Nord sont en fait américaines, ou canadiennes. Leurs conseils d’administration passent une convention de partenariat avec la France par laquelle ils situent leurs activités dans le cadre de notre politique culturelle extérieure, définie par le ministère des Affaires étrangères (MAE).

Les dirigeants de plusieurs Alliances ont profité de cette réunion pour rappeler la difficulté de lever des fonds dans le contexte économique actuel. Gérard Araud a salué leur travail qui “repose sur le volontariat, l’initiative locale et le mécénat” et rappelé que la diplomatie française doit aussi composer avec “des politiques de restrictions budgétaires très fortes en Europe à l’heure actuelle”. Autofinancées à plus de 75 %, grâce aux cours de langue et aux dons, les Alliances françaises dépendent de leur dynamisme et des ressources de leur environnement économique et social pour survivre financièrement.

Moderniser l’Alliance française

Pour le président de la Fédération Jérôme Clément, la priorité de son mandat sera de “moderniser le réseau”.”Il faut faire un effort sur le numérique, l’enseignement à distance, les réseaux sociaux, c’est capital”, a-t-il ajouté. Autre volonté, moderniser la “marque” Alliance française (qui fêtait ses 130 ans l’an dernier), synonyme de qualité mais qui soufre parfois d’une image désuète. “L’Alliance française est une vieille dame qu’il faut dynamiser”, a renchéri Gérard Araud. D’après Jérôme Clément, l’avenir du réseau Alliance Française passera par l’Afrique et l’Asie, où la demande forte et la croissance démographique importante. D’après lui, cette néo-francophonie devrait assurer la relève essentielle du français. “Une culture, c’est d’abord une langue”, a-t-il rappelé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related