Subscribe

L’antiquaire française Ariane Dandois vend chez Sothebys

À New York, chez Sothebys, les 25 et 26 octobre, l’antiquaire parisienne Ariane Dandois, 63 ans, vend son stock de 1500 pièces, ayant choisi de fermer sa maison mythique de la rue du faubourg Sant Honoré. « La première journée s’est passée de façon exceptionnelle, les estimations ont été plusieurs fois multipliées par quatre, notamment un meuble Empire espagnol », explique le décorateur Juan Pablo Molyneux, qui lui-même a acheté un grand tableau, Le lion et le serpent. « C’est un tableau signé d’un artiste anglais peu connu qui dit-on l’aurait réalisé à 11 ans et dont on ne connaît pas d’autre œuvre », ajoute Juan Pablo Molyneux. Dans cette vente, ce célèbre décorateur sud-américain installé à New York, parfaitement francophone et francophile, a joué un rôle déterminant. Il a en effet, à la demande d’Ariane, une amie, mis en scène la collection. « C’est un travail que j’avais déjà réalisé l’année dernière pour la vente de l’antiquaire Maurice Segura chez Christies ; J’avais projeté sur tissus des photos des boiseries de son hôtel particulier parisien, pour servir de décor aux objets exposés avant la vente. Quand Ariane a décidé de fermer, elle a spécifié dans son contrat avec Sotheby’s que je serai chargé de faire un travail similaire. Cette fois j’ai créé deux pièces de tissus immenses car la hauteur de plafond chez Sothebys est de 6 mètres. Sur l’une, j’ai projeté le dessin du Frisson de Piranese, et sur l’autre j’ai agrandi une photographie du grand escalier de l’Ermitage, utilisant pour la technique les services d’une société française, Scanachrome basée en Irlande.Comme la photo a été agrandie – 10% de plus que les dimensions réelles de l’escalier – l’effet est fantastique presque surnaturel.» Juan Pablo Molyneux s’est rendu à la vente les deux jours achetant pour lui mais surtout pour ses clients. « Parfois j’achète directement, parfois ils achètent eux-mêmes par téléphone et je les conseille. La première journée j’ai acheté environ 20% de ce que je voulais car les enchères ont été très élevées. Dommage pour moi mais tant mieux pour Ariane ! », ajoute le décorateur qui travaille sur plusieurs chantiers : un grand palais à 40 kilomètres de Moscou, des appartements pour des particuliers à Paris, Londres, New York, deux maisons à Bel Air en Californie et un projet sur une île privée des Caraïbes. On l’aura compris Juan Pablo Molineux et ses décors 18e sont réservés aux rich and famous ! Interrogé sur ce marché des meubles de style français que l’on dit déclinant, le New-Yorkais s’insurge : « C’est la presse qui fait courir ce bruit. C’est faux. Une commode 18e français de belle facture se vend toujours bien ». Avis aux amateurs.

Sothebys 1334 York Avenue http://www.sothebys.com/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related