Subscribe

Le 14 Juillet des deux côtés de l’Atlantique

Les festivités du 14 juillet ont été une nouvelle occasion pour le chef de l’Etat français de marquer la “rupture” qu’il souhaite insuffler dans la vie politique française. Aux Etats-Unis, le respect des traditions s’est observé de New York à San Fransisco.

Paris

Décidé à marquer la “rupture” avec la tradition observée par ces prédécesseurs, le président Nicolas Sarkozy a créé la surprise lors du défilé du 14 juillet en faisant arrêter la file des gardes républicains à cheval qui le suivait pour aller serrer les mains de spectateurs venus en grand nombre. La cérémonie a par ailleurs été marquée par la présence de quelque 900 militaires de 27 détachements des pays de l’UE dans un “euro-défilé” voulu par M. Sarkozy. “Je voulais que la France soit de retour en Europe et que l’Europe soit présente en France”, a déclaré M. Sarkozy à la presse, à l’issue du défilé. Les spectateurs ont pu admirer les coiffes en losange des Polonais, les longs manteaux noirs des Estoniens ou encore les chemises grand ouvertes sur le torse, symboles de la bravoure au combat, de la Légion espagnole…

Autre changement remarqué, M. Sarkozy a renoncé à la très traditionnelle interview télévisée. S’il a maintenu l’habituelle “Garden Party” dans les jardins du palais de la présidence, il en a réduit le nombre d’invités à 5.000, et a choisi d’honorer plusieurs centaines de “héros” et “victimes” anonymes. Une semaine auparavant dans une interview au Journal du Dimanche, le président de la République française avait déclaré qu’il n’accorderait “pas d’amnistie collective” ni de “grâce collective”, traditionnellement octroyées par le chef de l’Etat français avant la fête nationale du 14 juillet . “C’est une évolution de taille” et “c’est ma conception de la République » avait affirmé le chef de l’Etat, partisan d’une plus grande sévérité de la justice envers les criminels et les délinquants, notamment récidivistes.

Washington

 

Pour Jean-David Lévitte la réception du 14 juillet a été l’occasion de faire ses adieux. Voici un extrait de son discours.

Mes chers compatriotes, chers amis, and dear friends
(…)
L’amitié entre George Washington et Lafayette resteaujourd’hui encore le plus beau symbole de l’amitié franco-américaineet de notre alliance, et ce n’est pas par hasard que le Congrès desEtats-Unis a décidé d’installer il y a bien longtemps, dans sa salle laplus solennelle, celle de la chambre des représentants, deux portraitset deux seulement, ceux de George Washington et de Lafayette.N’oublions pas non plus en ce 14 juillet que Lafayette offrit a GeorgeWashington la clé de la Bastille que nous pouvons encore voiraujourd’hui et admirer à Mont Vernon.
Aujourd’hui, chers amis, l’amitiéfranco-américaine, après des années d’épreuves, a retrouvé toute lavigueur et toute la force qui étaient les siennes pendant la guerred’indépendance. C’est une amitié tournée vers l’avenir et tournée versl’action. La lutte contre le terrorisme, que nous menons ensemble, laguerre en Afghanistan, que nous conduisons côte à côte, les combatspour la sécurité et la paix, que nous menons la main dans la main – del’Iran au Darfour, du Liban au Kosovo. Lors de ses précédentes visites,Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur, avait revendiqué hautet fort son amitié pour les Etats-Unis. Le voilà Président de laRépublique et il n’a pas changé d’avis. Vous pouvez donc regarderl’avenir de notre relation avec confiance. Nous avons beaucoup à faireensemble pour que le monde soit meilleur et plus sûr, et nous allons lefaire. Nous ne serons pas toujours d’accord, bien sûr, mais noséventuels désaccords seront toujours gérés dans un esprit de respect etd’amitié.
Chers amis, un nouveau Président de la République,c’est aussi une nouvelle équipe. Nicolas Sarkozy m’a fait le grandhonneur de m’appeler auprès de lui comme Conseiller diplomatique. Jel’ai aussitôt rejoint a l’Elysée, il y a deux mois, mais j’ai tenu arevenir à Washington pour ce dernier 14 juillet pour vous dire, avec mafemme Marie-Cécile, au revoir et merci. Merci de votre amitié, merci devotre soutien dans les heures difficiles, merci de l’image formidableque toutes et tous vous donnez de notre pays : celle d’une Francedynamique, d’une France entreprenante, d’une France enthousiaste. Tousnos vœux les plus chaleureux vous accompagnent avec notre profondegratitude.
Vive la République, et vive la France.

 

L’Alliance Française de Washington avait d’autre part organisé plusieurs évènements. Plus de 250 personnes se sontréunies le 13 juillet dernier autour du groupe franco-américain “TheGrandbox Boys” qui interprétait de la musique manouche ou bal musetteun répertoire de chansons traditionnelles françaises et américaines etréussit à faire danser une grande partie du public. Le tout Washingtonétait représenté, des journalistes au monde politique, desorganisations culturelles et internationales au monde artistique. Undéfilé de vieilles voitures françaises incluant des deux chevaux et uneDS noire fut organisé et l’occasion fut donné aux heureux gagnantsd’une tombola de circuler quelques minutes autour de l’Alliance dansces véritables pièces d’antiquité.

Les photos des festivités sont consultables sur les sites :

http://www.francedc.org/en/PhotoGalleries.aspx

http://www.planetchicdc.com


New York

Le consul général de France François Delattre, recevait ses invités au Spotlight Live à New York

« Avec mon épouse Sophie et toute l’équipe du Consulat, qui ont tant fait pour préparer cet événement, je suis très heureux de vous accueillir ce soir si nombreux pour célébrer ensemble notre Fête nationale. (…) Le “Bastille Day” comme on l’appelle ici, est devenu grâce aux efforts de tous une grande fête populaire franco-américaine ». La réception était organisée conjointement par Richard Ortoli, président du comité des associations françaises et Pierre Battu des French Tuesdays. Dehors sur grand écran a été projeté le film de l’association « The French Will Never Forget ». « Sous l’impulsion de quatre Français de New York, nos amis Paul Bensabat, Jean-Pierre Heim, Patrick du Tertre et Christian Millet, à qui je voudrais rendre hommage ce soir, l’association a organisé sur cette plage si symbolique d’Omaha Beach une immense chaîne de 3.000 personnes, qui ont écrit sur le sable, en lettres humaines et entre deux grands drapeaux français et américain, cette inscription : “France will never forget” » a encore dit le consul. La soirée s’est terminée tard avec les French Tuesdays. Le 15 juillet, la 60e rue, adresse du French Institute Alliance Française de New York était fermée à la circulation et transformée en rue française. De nombreuses sociétés de hexagonales avaient des stands, dont la pâtisserie Payard ou les Trois crêpes, le bureau de promotion de la Martinique et France Press bien sûr pour France-Amérique et France Today. D’autres évènements à New York comme le concours de pétanque ou le rallye des 2 CV à Brooklyn ont animé cette journée festive.

Les photos des festivités sont consultables sur le site :

http://www.photoshelter.com/gallery-show/G0000Yuzq76JeZN0

 

San Francisco

Sur la côte ouest aussi on a fêté le 14 Juillet avec un bal populaire le 13 juillet où on reconnaissait le Consul et le Père Etienne Siffert. La manifestation était organisée par le Comité Officiel de la communauté française de San Francisco et de la baie.

 

 

Et d’autres villes en image :

 

Buffalo

http://www.afbuffalo.org

Boston

www.frenchlib.org

 

Portland

http://picasaweb.google.com/lindawitt1/BastilleDayInThePearl2007

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related