Subscribe

Le chef Alain Allegretti se réinvente avec La Promenade des Anglais

Alain Allegretti inaugurera vendredi 23 septembre sa balade culinaire sur La Promenade des Anglais, son nouveau restaurant de Chelsea. Ancien protégé de Jacques Maximin, à l’hôtel Le Negresco de Nice, le chef français proposera dans son menu des plats typiques de la Côte d’Azur.

On l’avait aperçu pour la dernière fois dans les cuisines de La Petite Maison, lors de l’ouverture du restaurant à New York, en décembre dernier. Il officiait alors comme consultant pour la réplique américaine du restaurant de Nicole Rubi à Nice.

“Notre partenariat arrive à sa fin. Ils ont utilisé mon nom et mon savoir pour l’ouverture et les critiques. Maintenant, le restaurant est lancé sur sa voie, bonne ou mauvaise. Je ne suis pas responsable de son avenir.” Car après un an de discrétion, Alain Allegretti, en converses sous le tablier, revient sur le devant de la scène gastronomique new-yorkaise. Vendredi, avec son indécrochable sourire, il inaugurera La Promenade des Anglais, sa nouvelle table dans Chelsea, à deux pas de la High Line.

Banquettes bleues roi, bar en bois noir ébène, lampes rouges, le lieu s’adapte en fonction du standing de sa clientèle : déjeuner relaxes ou dîners chics. Au plafond, les galets des plage de Nice, un parasol et quelques autres images d’Épinal rappellent la ville située à l’embouchure du Paillon. Dans les assiettes, on retrouve sa fameuse soupe de poissons, le plat signature qui lui avait fait obtenir deux étoiles dans le New York Times. Le reste du menu se détaille en une proposition de mets typiques servis sur toutes les bonnes tables de la Côte d’Azur, relevées d’influences italiennes, mais plus question de ne faire que des plats de Nice, comme c’était le cas dans son premier restaurant, Allegretti fermé en 2010.

“Je défendrai la cuisine niçoise pure toute ma vie mais les New-Yorkais qui la comprennent ne représentent qu’un faible pourcentage”, souligne le chef. “Elle est spéciale car elle est composée de saveurs riches et très fortes. Il est plus difficile de l’apprécier dans une ville où il faut faire du business qu’au bord de la plage avec un verre de rosé. “

Le Provençal a voulu aussi s’adapter à la demande américaine. “Je n’ai pas peur de mettre un burger sur mon menu” assure-t-il. “Il faut que tout le monde puisse trouver chez moi de quoi satisfaire son palais.” Soutenu par le groupe LDV Hospitality, la compagnie Alain Allegretti Management opère donc ce nouveau projet.

Allegretti ne m’a pas apporté le plaisir et le futur que je voulais “

Alain Allegretti est arrivé à New York en 2000, après avoir intégré plusieurs brigades de restaurants étoilés au Michelin en France comme au Chantecler, à l’Hôtel Negresco de Nice, aux côtés de Jacques Maximin, son mentor, ou au restaurant gastronomique Le Louis XV à Monte-Carlo appartenant à Alain Ducasse.

En 2000, le jeune Niçois traverse l’Atlantique pour rejoindre la brigade de Sirio Maccioni, à la tête du Cirque à New York.  “Cette ville est une plateforme gastronomique internationale. C’était un challenge très excitant.” Le doute s’installe après les attentats du World Trade Center en 2001. “ Je pensais que mon aventure américaine allait se terminer. Mais on a réussi à faire tout ce qu’il fallait pour continuer.”

Cette expérience durera cinq ans. Il s’en servira comme tremplin pour intégrer l’Atelier, le restaurant du Ritz-Carlton. Mais la culture de l’entreprise sur son art de gastronome le pèse et le contraint à partir. “Il était difficile de faire de la cuisine avec des chiffres”, se souvient Alain, aujourd’hui âgé de 42 ans.

En août 2008, il se lance seul avec Allegretti, situé dans le Flatiron District. L’affaire connaît cependant vite ses premières difficultés avec l’arrivée de la crise. “ Le restaurant était un succès, mais les ingrédients de la recette n’étaient pas justes ”, justifie le chef avec poésie. “ Allegretti ne m’a pas apporté le plaisir et le futur que je voulais. Je voulais faire de la cuisine quatre étoiles dans un univers plutôt bistrot. Il y avait un décalage trop énorme.”

Pour La Promenade des Anglais, l’ancienne toque de Chez Chapel, un restaurant haut-de-gamme de Mionnay dans l’Ain, a donc décidé de miser sur une ambiance conviviale. Objectif : attirer les gens du quartier dans le sud-ouest de Manhattan avec des plats à moins de 40 dollars.

Pour en savoir plus:

L’ouverture du restaurant aura lieu vendredi dès 5:30 pm.

La Promenade des Anglais

461 West 23rd Street

New York, NY 10011

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Un Bouchon lyonnais séduit New YorkUn Bouchon lyonnais séduit New York Avec Lyon, l'ancien propriétaire du célèbre restaurant La Goulue François Latapie a décidé d'importer la cuisine lyonnaise à New York. Dépaysement garanti. Le pari était osé. Implanter le […] Posted in Gastronomy
  • Le New York d’Alain DucasseLe New York d’Alain Ducasse Prenez un géant de la gastronomie française et plongez-le dans la plus mythique et alléchante des métropoles. Placez à ses côtés un photographe de talent et vous obtiendrez 600 pages d’un […] Posted in Gastronomy