Subscribe
the-forgotten-montclair-university-NJ

Le cinéma français continue de briller dans le monde

Le festival de Cannes est l’occasion de faire le point sur l’image du cinéma français à l’international, avant la présentation en compétition de Saint Laurent de Bertrand Bonello, Sils Maria d’Olivier Assayas et de The Search de Michel Hazanavicius.

La France reste le deuxième exportateur de films au monde, après les Etats-Unis. L’année 2012 a été un bon cru : le nombre d’entrées pour des films français à l’international a dépassé pour la première fois les entrées sur le territoire. Alors que les Etats-Unis ont depuis longtemps saisi et tiré profit du potentiel commercial de leur cinéma, la France veut à son tour parier sur les retombées économiques du rayonnement international de ses films (en termes de tourisme, de consommation de produits français dérivés et d’emplois). Soit mettre l’accent sur le “côté Coca-Cola” selon l’expression du réalisateur Jean-Paul Salomé, président d’UniFrance, l’organisme chargé de promouvoir le cinéma français à l’étranger..

UniFrance a présenté ce matin sa dernière étude auprès de cinéphiles de quatorze pays. Environ 6 000 personnes, sans lien particulier avec la France, ont été interrogées par l’institut de sondage OpinionWay sur leur rapport à la production française. Loin derrière l’Amérique, le cinéma français reste, selon l’étude, le plus apprécié à l’international. Les Allemands en sont le plus friands. On ne reprocherait plus au cinéma français d’être ennuyeux, trop bavard et pesant dans ses sujets, même si son manque de scènes d’action ou d’effets spéciaux se fait sentir. Mettre en avant le pavillon tricolore pour faire voyager un film n’est pas pour autant une stratégie payante, puisque la nationalité des films arrive loin dans les choix du public, après le sujet de l’histoire, le décor français (comprendre principalement Paris) et les acteurs. En tête des genres les plus appréciés, on retrouve sans surprise la comédie (Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain est le film le plus connu dans le monde, devant Intouchables, la quadrilogie Taxi) et sa version romantique, plutôt que les films d’auteurs.

Le spectateur étranger garde une vision “assez passéiste”  des comédiens et des réalisateurs français. L’incontournable Gérard Depardieu est l’acteur le plus célèbre dans le monde, devant le New-Yorkais Jean Reno, le Genevois Alain Delon et l’icône Catherine Deneuve. Tous ont eu une carrière internationale et ont joué en anglais. Chez les réalisateurs, Luc Besson arrive en tête, suivi de François Truffaut et, ex aequo, Roman Polanski (né en Pologne et qui a connu une carrière hollywoodienne), Jean-Luc Godard et Jean Renoir. Force est de constater que la nouvelle génération a du mal à émerger. Marion Cottillard est connue aux Etats-Unis depuis son oscar pour son rôle dans La Môme (La Vie en Rose) et pour ses apparitions dans les blockbusters hollywoodiens Inception ou Batman: The Dark Knight. Sa notoriété est en revanche très faible en Europe. Le visage d’Audrey Tautou/Amélie Poulain est célèbre partout, et l’actrice assure systématiquement la promotion internationale de ses films.

Le cinéma français “esthétique, émouvant et intelligent”

Pour les Américains, le cinéma français est d’abord perçu comme “intimiste”. Ce sont surtout les œuvres d’auteurs qui sortent aux Etats-Unis plutôt que les comédies populaires. Le public est plus intellectuel, principalement sur la côte Est, il a donc tendance à aller vers les auteurs de références et  chercher un regard artistique français. Les spectateurs étrangers qualifient globalement le cinéma français d'”esthétique”, “émouvant” et “intelligent”.

Si le cinéma d’auteur constitue la base de la diffusion internationale des films, UniFrance aimerait l’extirper de cette seule catégorie pour proposer en plus des comédies décalées ou exigeantes (comme 9 mois ferme) d’Albert Dupontel ou Guillaume et les garçons, à table! de Guillaume Gallienne), qui peuvent aussi trouver un public.

Le cas américain est aussi intéressant en ce qui concerne la VOD (Video on Demand). La majorité des films français sont vus à la télévision, en DVD ou diffusés par les chaînes. Seulement 20% des films sont vus en salle de cinéma. 3% des films sont vus dans le monde en VOD. Si la France “reste  arc-boutée sur la chronologie des médias”, selon l’expression de Jean-Paul Salomé, beaucoup de films français sortent simultanément en salles et sur les plateformes VOD aux Etats-Unis. La sortie d’un film français dans de nombreuses salles américaines représente un grand risque financier pour les distributeurs. La diffusion en ligne représente plus qu’une alternative efficace pour le rayonnement du cinéma français. C’est son nouvel horizon.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related