Subscribe

Le home run artistique d’Amélie Mancini

Depuis deux ans, cette artiste française installée à Brooklyn mélange sport et art, et rencontre un grand succès aux Etats-Unis auprès des fans de baseball. Une success-story singulière.

Amélie Mancini n’avait jamais imaginé devenir fan de baseball, lors de son déménagement aux Etats-Unis en 2006. Pas plus qu’elle n’aurait envisagé un jour vivre de cette passion. C’est en assistant à un match de baseball en 2007 à New York, que cette Française originaire de Lyon découvre ce sport pourtant difficile d’accès lorsque l’on ne connaît pas les règles. “J’ai commencé à lire des articles, à regarder de plus en plus de matches dans les bars. Plus j’apprenais sur le sport, plus ça me fascinait. Il y a tellement de nuances psychologiques et de stratégies complexes”. Artiste de formation, elle décide alors de réaliser des grands tableaux de joueur de baseball.

Désireuse de produire quelque chose de drôle et bon marché, elle entreprend en 2011 de réaliser des cartes de baseball. “Au début cela ne devait être qu’un petit projet “, se souvient-elle. A l’instar des images Panini en France, les cartes de baseball ont connu un âge d’or aux Etats-Unis jusqu’au milieu des années 90 avant de tomber dans l’oubli. “Je ne voulais pas juste faire les cartes des meilleurs joueurs mais plutôt m’attacher à un détail de certains joueurs”. D’où la première série d’images créée par Amélie sur les joueurs de baseball qui ont connu des blessures domestiques pour le moins étranges.

En seulement quelques semaines, les cartes au design étonnant d’Amélie Mancini attirent l’attention de plusieurs blogs. La Lyonnaise présente son travail sur les marchés de Brooklyn et reçoit une réponse très enthousiaste. Le succès de ses cartes dépasse ses attentes, poussant Amélie à réaliser une deuxième, puis une troisième série de cartes. A Noël dernier, alors qu’elle se trouve à l’aéroport de New York, prête à rentrer en France pour les vacances, son travail est publié simultanément sur deux sites internet très reconnus dans le monde des designers. “J’avais prévu une cinquantaine de cartes que mon copain n’avait qu’à envoyer si jamais il y avait des commandes pendant mes deux semaines d’absence. Deux heures après la parution des articles, tout mon stock était épuisé ! Mon copain et sa mère ont passé les deux nuits suivantes à imprimer de nouvelles cartes et à les envoyer”.

Grâce au bouche à oreille, ce sont plus de 3 000 packs de cinq cartes qu’Amélie Mancini a vendu en 2012. “J’ai créé une niche de sport dans l’art. Je vais essayer de rester dans ce registre, tout en me diversifiant. En faisant des affiches par exemple. Et en m’attaquant à d’autres sports comme le basket”. Si elle ne peut pas encore en parler, Amélie a de grands projets en cours pour cette année. Mais elle trouve toujours le temps pour aller voir jouer les Mets de New York. Et désormais, c’est elle qui explique les règles à ses amis. “Je ne me suis jamais sentie si américaine !”

Pour plus d’informations : www.leftfieldcards.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related