Subscribe

Le nouveau départ de Pascal Etchteber

Pascal Etcheber, un Français inculpé dans une affaire de drogue en Caroline du Sud en 2009, est depuis juin dernier en probation. Installé en France , il essaye aujourd’hui de refaire sa vie.

L’arrestation jeudi dernier à Belfort de Pasquale Pellicoro, un Italien accusé aux Etats-Unis d’avoir fourni de la cocaïne à Thomas Ravenel, l’ancien trésorier de l’Etat de Caroline du Sud, réveille de très mauvais souvenirs pour Pascal Etcheber.  Les journaux de Charleston ont fait leurs choux gras cette semaine de ce nouveau fait divers, rappelant que le Français, qui connaissait bien le fugitif, avait été inculpé dans cette même affaire de drogue il y a un an. ” J’ai rencontré Pasquale Pellicoro le jour de ses 50 ans en mars 2004″, réagit ce dernier joint par téléphone. ” Il parlait français et je le considérais comme un ami. Cela me parait invraisemblable qu’il soit un dealer : il n’avait jamais d’argent.”

 

Arrêté le 24 novembre 2009, Pascal Etcheber était accusé de trafic de drogue, de possession de marijuana, de faux témoignage au FBI et de tentative d’intimidation de témoin. “Un agent du FBI croyait également que j’étais un espion français en mission sur le sol américain.” Après avoir passé six mois dans une prison de l’agglomération de Colombia, il a accepté de se soumettre au détecteur de mensonge en mai dernier, sans passer par la case procès, qui était normalement prévu en mars 2010. ” J’ai réussi le test mais les agents ne voulaient pas reconnaître qu’ils s’étaient trompés “, se souvient cet ancien consultant en management.

 

En échange d’un non-lieu concernant des autres charges qui pesaient sur lui, Pascal Etcheber se déclare donc coupable de possession de marijuana. “Je leur ai raconté un incident qui s’est produit en 2004. J’organisais un repas chez moi, et l’alarme à incendie s’est déclenchée dans la cuisine où cuisaient des steaks flambés au cognac. Les secours sont alors arrivés et  j’ai constaté que le chef, un de mes amis, fumait un joint sans que je sois au courant. Cela a fait rire les pompiers”, déclare Pascal Etcheber. Puisqu’il est le maître des lieux, la responsabilité du Français est engagée, et l’épisode considéré comme un crime par le procureur de l’Etat de Caroline du Sud.

 

Aujourd’hui, en probation pour une durée de trois ans, Pascal Etcheber,  aujourd’hui âgé de 47 ans, vit en France depuis juillet. Il a payé une amende de 1000 dollars et doit envoyer tous les mois un rapport sur sa situation à son agent de probation. Par ailleurs ses mésaventures ont complique sa vie de famille.
” A ma sortie de prison, j’ai demandé à voir ma fille de 3 ans, dont j’ai obtenu en 2008 la garde partagée avec sa mère qui vit à Charleston.” 
Parti en vacances cet été avec son enfant pendant un mois dans la région de Biarritz, il se fait de nouveau interpellé par les services de l’immigration américaine à l’aéroport d’Atlanta fin juillet. “J’ai passé une nuit en cellule où l’on m’a interrogé avant de me renvoyer à Paris”, explique l’homme qui souhaite aujourd’hui pouvoir retourner aux Etats-Unis afin de voir grandir sa fille. Mais cette affaire de drogue risque de rendre difficile sa demande d’un nouveau visa.

 

“Il faut que je refasse un nouveau passeport mais sans adresse ce n’est pas possible. Et pour le moment, je n’arrive pas à trouver d’appartement car les gens refusent de me louer quelque chose à cause de cette affaire”, ajoute-t-il. Installé à Paris, l’homme a aujourd’hui repris la direction d’une société de conseil. “Je remonte la pente grâce aux gens qui me connaissent et qui m’aident. Je ne suis pas dans une position financière pour faire un procès au gouvernement américain pour leur erreur car j’ai tout perdu pour pouvoir me défendre. Aujourd’hui, le plus important pour moi c’est de retrouver ma réputation.” Pascal Etcheber est également en train d’écrire un livre sur son histoire.

 

Pour en savoir plus:

 

http://www.france-amerique.com/articles/2010/10/14/pascal_e_plaide_non_coupable_en_caroline_du_sud.html

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related