Subscribe

Le rugby se propage dans la littérature

 


Aucun sport ne peut se targuer d’avoir suscité autant de belle littérature que le rugby. LA BOXE et la bicyclette ont eu leurs poètes formés à l’école d’Homère et d’Eschyle pour célébrer leurs grands hommes, mais pas en nombre aussi important que le ballon ovale. Qu’on songe à Antoine Blondin, Jacques Perret, Denis Lalanne, Kléber Haedens, Jean Lacouture ou Denis Tillinac.


 


En retour, les joueurs de rugby sont les sportifs avec lesquels il est le plus facile – et le plus naturel – de parler de littérature. Parfois parce qu’ils participent encore de la vieille culture de l’amateurisme, et sont médecins, comme l’Argentin Rodrigo Roncero, ou avocats, comme le Portugais Miguel Portela, invité surprise de la Coupe du monde venu donner une touche de romantisme à l’épreuve. Mais aussi, mais surtout, parce qu’ils jouent un jeu de ballon ovale et de passes en arrière, qui n’est rien moins que naturel et demeure essentiellement culturel. Aucune enquête ne fut donc plus plaisante à préparer que celle que nous présentons ci-contre : demander à des grands joueurs d’hier et d’aujourd’hui quel est leur livre de chevet.


 


Emmené par le capitaine Raphaël Ibañez, titulaire d’un baccalauréat littéraire, le XV du Figaro littéraire regroupe non seulement des joueurs qu’on verra sur le terrain à l’occasion de la Coupe du monde, comme le deuxième ligne canadien Mike James, le troisième ligne italien Mauro Bergamasco ou le troisième ligne français Thierry Dusautoir, qui nous a confié sa passion pour Ahmadou Kourouma. Mais également des grands joueurs d’hier devenus cadres, comme Pierre Berbizier, sélectionneur de la Squadra Azzurra italienne, ou Jo Maso, manager de l’équipe de France. Il fait une place à des princes du beau jeu rangés des crampons qui nous ont parlé des écrivains de leur vie : pour André Boniface, c’est naturellement Antoine Blondin, pour Jean-Pierre Rives, Jack London, pour Denis Charvet, Antoine de Saint-Exupéry, pour Christian Darrouy, grand chasseur devant l’éternel, le Raboliot de Maurice Genevoix. Des lectures inattendues Nous avons eu quelques surprises en apprenant que Jean- Pierre Garuet savait des kilomètres de Ronsard par coeur, que Patrice Lagisquet était mordu de science- fiction, que Serge Simon aurait aimé jouer en première ligne avec Jim Harrison ou que David Auradou en bichait pour La Guerre des boutons, en se souvenant de ses propres rixes d’enfant. Et nous nous sommes réservé un petit privilège en sélectionnant motu proprio un arrière dont il nous semble que l’intelligence manquera à l’équipe de France : Thomas Castaignède, grand admirateur de Stendhal.


 


Durant la Coupe du monde, cette bibliothèque idéale pourrait bien s’enrichir de nouveaux fleurons. Depuis l’origine, la dramaturgie grandiose des parties de rugby a suscité les comptes rendus lyriques et des divagations pleines de nostalgie. C’est Jacques Perret racontant dans L’Équipe un match entre le Stade Français et l’Aviron Bayonnais auquel il a assisté au stade Jean-Bouin en 1913, Denis Lalanne chantant les victoires des Bleus contre les Springboks en Afrique du Sud en 1958, Kléber Haedens immortalisant dans Adios la passe sautée de Jean Gachassin à « Dédé » Boniface, interceptée à la dernière minute de Galles-France lors du Tournoi 1966, au grand dam des « Gros Pardessus » de la Fédération, qui épurèrent dans la foulée les adeptes d’un jeu de ligne plein de périls, de hardiesses et de ressources. Avant que la ronde des images ne dévore le papier, le rugby était un sport qu’on aimait avant tout se raconter.


 


D’où l’importance de la mythique troisième mi-temps. « Il manquera toujours au résultat brut d’un match, observait Antoine Blondin dans une de ses chroniques de L’Équipe, « cette frange légendaire qui fait la “partie” belle à l’imagination ». C’est ainsi qu’on trouve toujours de vieux spécialistes pour célébrer le beau jeu d’Adolphe Jauréguy ou de Jean Dauger, dont on n’a pourtant plus d’images. Ou que Denis Lalanne, « Joinville nouveau d’une série de croisades à mains nues » , a imposé « la chanson de geste rugbystique » comme genre littéraire à part entière, comme le souligne Denis Tillinac dans Rugby Blues.


 


Ancien trois-quarts aile de l’équipe de France devenu entraîneur du BO, Patrice Lagisquet insiste sur un autre élément pour expliquer les affinités entre le rugby et la littérature : la dramaturgie grandiose liée à l’engagement total du corps des joueurs. « Je pense par exemple à l’ouvreur néo-zélandais Dan Carter. Comme les grands joueurs d’autrefois, c’est un garçon qui livre son corps de façon à ce que le ballon reste toujours vivant pour ses partenaires. Un de mes premiers entraîneurs à Bayonne m’expliquait que cette offrande était marque des grands. Par là, le rugby suscite des attitudes et des gestes qu’on n’observe dans aucun autre sport. Et inspire les écrivains et les poètes. »


 


Quand le jeu est beau, la légende est belle. C’était vrai hier, cela reste vrai malgré la télévision par satellite, la « footballisation » de l’économie du rugby et les sélectionneurs qui affichent leur bobine sur des boîtes de pâtée pour chien. Capitaine des Bleus lors des Grands Chelems 1977 et 1981, héros de la première victoire française contre les All Blacks le 14 juillet 1979 à Auckland, Jean-Pierre Rives croit à cette permanence de la légende littéraire du rugby, « parce que c’est un sport d’exagération joué par des gens excessifs et raconté par des gens excessifs » . N’oublions pas que l’équipe de France qui entrera demain soir sur la pelouse de Saint-Denis est conduite par Ibañez, un garçon dont une des fiertés est d’avoir été noté 14/20 en latin au baccalauréat. Qu’il soulève la Coupe le soir du 20 octobre, et nous chanterons encore une fois les armes et les hommes du Grand Combat du XV de France avec des accents empruntés à Virgile.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Retour discret de Jonah Lomu sur les terrains de rugbyRetour discret de Jonah Lomu sur les terrains de rugby L'ex-vedette All Black Jonah Lomu a fait dimanche son retour sur les terrains de rugby avec sa nouvelle équipe, Marseille-Vitrolles (Fédérale 1), vainqueur de Montmélian (63-18), sans […] Posted in Opinion
  • Les bonnes feuilles de l’automneLes bonnes feuilles de l’automne Sept cent vingt-sept. C’est le nombre de romans à paraître cette rentrée, annoncée prolixe, variée, et de très bonne qualité. Parmi eux, deux tiers de littérature française, dont une […] Posted in Culture