Subscribe

L’École française du Maine homologuée par l’AEFE

L’École française du Maine reçoit aujourd’hui l’homologation par l’agence pour l’enseignement du français à l’étranger (AEFE) en présence du consul général de France, Christophe Guilhou. Une reconnaissance de 3 ans de travail.

L’École française du Maine, basée à South Freeport, sera officiellement reconnue ce jeudi l’Éducation nationale. Par l’annonce du consul général de France Christophe Guilhou, elle deviendra la 40e école aux États-Unis homologuée par la France. « C’est la suite d’un processus de trois ans », explique Willy Le Bihan, directeur de la structure indépendante qu’il a fondée il y a 8 ans.

Évaluée pendant cette période par l’inspecteur de l’Éducation nationale pour l’Amérique du Nord, Georges Alzina, l’École française du Maine a dû remplir un certain nombre de critères pour obtenir la reconnaissance de la France. « On doit être une école à la française, explique Willy Le Bihan. Avec un conseil d’école dans lequel se réunissent équipe pédagogique et parents. Ce qui est propre au système français. Avec un projet d’école sur 3 ans approuvé par l’inspecteur et qui dévoile plusieurs axes précis pour améliorer l’enseignement. Et surtout avec des professeurs français qui ont passé leur diplôme en France (ndlr, CAPES). C’est l’histoire de la poule et de l’œuf. »

Avant cette décision, l’École française du Maine bénéficiait d’un statut provisoire dit « d’habilités ». Pour le directeur, l’homologation a alors une « valeur très importante et juste ». « Je pense que c’est une décision pédagogique mais aussi diplomatique car la France reconnaît l’importance de la culture française dans l’État du Maine, ajoute Willy Le Bihan. Par le biais de notre école, nous allons la renforcer. »

Toutefois, seuls les 1er (maternelle et grande section) et 2e cycles (CP au CE2) seront reconnus. Pour le 3e (CM1 et CM2), il faudra encore attendre. « Nous n’avons pas fait la demande pour ces classes car, dans le souci d’avoir un dossier solide, nous pensions que les 2 premiers cycles étaient plus forts », répond le directeur de l’école, dans laquelle une année scolaire coûte entre 8 000 et 11 000$.

L’AEFE, une organisation interministérielle qui observe l’enseignement du français à l’étranger

Créée en 1990, l’agence pour l’enseignement du français à l’étranger (AEFE), structure placée sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et européennes, est chargée du suivi et de l’animation d’un réseau de 243 établissements à programme français (77 en gestion directe et 166 conventionnés) répartis dans près de 130 pays à travers le monde.

L’organisation doit  assurer la continuité du service public d’éducation pour les enfants français (47 % de l’effectif total de ces écoles), de contribuer à la diffusion de la langue et de la culture françaises auprès des élèves étrangers et de participer au renforcement des relations entre les systèmes éducatifs français et étrangers. Une autre de ses missions est de veiller à la maîtrise de l’évolution des frais de scolarité pratiqués dans les établissements dont elle a la charge.

Infos pratiques :

École française du Maine

http://www.efdm.org/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related