Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

Les Français toujours plus nombreux à La Nouvelle-Orléans et au Texas

Les Français sont de plus en plus nombreux aux Etats-Unis, et notamment en Louisiane et au Texas. A l’inverse, le nombre d’expatriés a baissé depuis un an dans le nord-ouest américain. Que disent ces chiffres de la présence française aux Etats-Unis ?

L’Amérique du Nord regroupe la deuxième communauté française expatriée derrière celle des pays de l’Union Européenne. 13 % des inscrits au registre des Français à l’étranger vivent aux Etats-Unis et au Canada. L’Amérique du Nord accueille 212 815 Français inscrits sur les listes consulaires, soit une augmentation de 4,4% en un an. 129 520 sont aux Etats-Unis (+3,5%) et 83 295 au Canada (+5,9%). A ces chiffres, il faut ajouter les quelques 205 000 Français vivant aux Etats-Unis, et les 80 000 installés Français du Canada non-inscrits au registre des Français de l’étranger, et de ce fait non recensés par le ministère des Affaires étrangères.

Dans le détail, la circonscription consulaire de la Nouvelle-Orléans, qui ne compte que l’Etat de Louisiane, connaît la plus forte croissance de sa communauté française (+17,4%). On dénombre aujourd’hui 953 Français, dont 350 bi-nationaux inscrits sur les listes consulaires, auxquels il faut ajouter environ un millier de Français non-inscrits. La communauté française se trouve principalement dans les deux plus grosses villes de l’Etat de Louisiane : La Nouvelle-Orléans et Bâton-Rouge. Ce sont à 55% des femmes et à 45% des hommes. 20% de ces Français ont moins de 18 ans.

Le consulat explique cette augmentation entre 2012 et 2013 par “l’attractivité économique de l’Etat, principalement dans les domaine de la pétrochimie, du cinéma et des digital media, mais aussi par l’avantage que prodigue l’enseignement en immersion française dispensé dans une trentaine d’écoles louisianaises, dont trois dispensent des programmes homologués par l’éducation nationale”. Il est en effet plus facile pour une entreprise de convaincre un travailleur français de s’expatrier en Louisiane avec l’assurance que son enfant pourra poursuivre le programme français et ainsi réintégrer plus facilement l’éducation nationale à son retour en France.

Des jeunes à Chicago, des quinquagénaires à Los Angeles

Trois autres circonscriptions consulaires aux Etats-Unis ont connu une très forte croissance de leur communauté française en 2013. Celle de Chicago (+7,3 %), qui s’étend du North Dakota au nord-ouest, et jusqu’au Kentucky au sud-est, et qui compte 10 449 Français inscrits sur les listes consulaires. Dans cette circonscription, où l’on trouve aujourd’hui autant d’hommes que de femmes françaises, les jeunes, voire très jeunes, sont en nombre : les moins de 6 ans représentent 7,7 % de la communauté, et les jeunes de 6 à 18 ans sont plus de 2 000, et comptent pour près de 20% de la population française dans cette circonscription consulaire. A noter que dans cette zone, la communauté française a plus que doublé en 20 ans, passant de 4 617 Français inscrits au registre des Français de l’étranger à 10 449 inscrits au registre des Français de l’étranger. Aujourd’hui, plus de 40% de ces Français sont des bi-nationaux.

Forte augmentation sur un an pour la circonscription consulaire de Los Angeles (+8,3 %) qui concentre le sud de la Californie et du Nevada, l’Arizona, le Nouveau-Mexique et le Colorado. Mais, avec 18 357 Français inscrits sur les listes consulaires, la communauté française n’a gagné que 200 compatriotes en 10 ans. Les 18-25 ans sont assez peu nombreux (9,6 %), et ce sont les 41-60 ans qui représente la catégorie la plus importante (32,5 %).

L’autre communauté française qui s’est fortement agrandie en 2013 est celle de la circonconscription consulaire de Houston (+10,2 %) qui regroupe les Etats du Texas, de l’Oklahoma et de l’Arkansas. Ils sont aujourd’hui 8 915 Français inscrits sur les listes consulaires avec beaucoup de jeunes de moins de 18 ans (28,5%) et des Français entre 26 et 40 ans (28,1 %). En dix ans, la communauté française de ces Etats du sud de l’Amérique s’est agrandie de 2 600 expatriés.

Augmentation faible mais régulière des communautés françaises de New York, Boston, et Washington

Les circonscrpitions consulaires d’Atlanta, Boston, New York et Washington se caractérisent pas des augmentations moins importantes, de l’ordre de 2 à 3%. 32 132 Français inscrits sur les listes consulaires habitent dans l’Etat de New York et du New Jersey, et cette circonscrion compte presque autant de non-inscrits. Près de 47% des Français inscrits sont des bi-nationaux, et donc sur le territoire américain depuis quelques années. Les 26-40 ans représentent la tranche d’âge la plus importante (28,4 %), et les plus de 60 ans (12,3 %) la tranche d’âge plus faible.

Si les circonscriptions consulaires de Boston (7 529 Français inscrits) et de Washington DC (13 686) ne comptent qu’un millier de Français de plus qu’il y a dix ans, celle d’Atlanta a bien progressé, passant de 4 199 Français en 2003 à 6 424 en 2013. La communauté française de la circonscription d’Atlanta, qui comprend six Etat, de la Caroline du Nord au Mississippi, regroupe une population plus âgée que la moyenne avec près de 31,5% de Français âgés de 41 à 60 ans, et 12,6% au-delà de la soixantaine.

Moins de Français en Floride et dans le nord-ouest des Etats-Unis

Le nombre de Français inscrits au consulat de Miami est en légère baisse, avec – 0,2% inscrits sur les liste consulaires. Sans surprise, les 11 598 Français répertoriés sont pour la moitié d’entre eux âgés de 40 ans et plus. Si en dix ans, la communauté française a assez peu augmenté dans cette zone, environ 1 500 personnes supplémentaires, elle a plus que triplé ces vingt dernières annnées. En 1986, on ne recensait que 1 376 Français inscrits sur les listes électorales de Floride !

Enfin, la communauté établie à San Francisco a diminué de 1,2% en un an et compte aujourd’hui 19 477 Français inscrits sur les listes consulaires. Ce qui ne veut pas dire que les Français sont moins nombreux à San Francisco. Cette circonscription consulaire s’étend en effet sur six Etats, ainsi que sur le nord de la Californie et du Nevada. En dix ans, la communauté française a augmenté de 23,7% et a presque doublé en vingt ans.

Des expatriés qualifiés

Entre 2012 et 2013, quelques changements sont intervenus dans le classement des 25 premiers pays d’expatriation des Français. Les Etats-Unis, deuxième terre d’accueil des Français derrière la Suisse, comptent désormais plus de Français (129 520) que le Royaume-Uni (129 239). La hausse du nombre de Français est très importante aux Emirats arabes unis (+11,8 %), en Australie (+8,2 %), au Luxembourg, au Sénégal (plus de 7% pour chacun de ces pays).

Les Français de l’étranger gagnent de manière générale mieux leur vie que les Français de métropole. 57% des Français de l’étranger gagneraient plus de 30 000 € nets par an, alors que le salaire médian français était de 20 720 € en 2012, pour un équivalent temps plein. Selon une étude réalisée par la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, l’opportunité professionnelle est la première motivation au départ des Français à l’étranger. Elle peut être liée à l’intérêt du poste (37% des Français de l’étranger seraient concernés), à l’augmentation des revenus (32%) ou aux opportunités d’évolution de carrière (42%). “Ce sont donc des raisons pragmatiques qui pousseraient les Français à travailler à l’étranger, où les opportunités sont plus élevées”, affirme l’étude.

La découverte culturelle, et notamment l’enrichissement des compétences linguistiques ainsi que des raisons d’ordre personnel constituent d’autres facteurs motivant l’expatriation française. Marie-Claire Sparrow, représentante à l’Assemblée des Français de l’étranger, observe que de nombreux Français arrivent dans les pays anglophones au départ pour de courtes périodes, afin de parfaire leur apprentissage de la langue anglaise, avant de s’y installer plus durablement pour des raisons professionnelles.

Le niveau des migrations internationales n’a jamais été aussi élevé qu’à l’heure actuelle, selon une étude des Nations Unies datant de 2013. Ainsi, la croissance moyenne annuelle de la population expatriée était de 1,25% dans les années 1990, alors qu’elle s’élève à 2,20% en moyenne entre 2000 et 2013.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related