Art

Les œuvres françaises dans l’espace public américain

Pour célébrer le retour des beaux jours et la joie de flâner, découvrez notre sélection d’œuvres d’art publiques réalisées par des artistes français et installées aux Etats-Unis.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Le Serpent Tree de Niki de Saint Phalle, dans Waterfront Park à San Diego. © Chris Jennewein

Dans le centre-ville de Pittsburgh, la place Agnes R. Katz (inaugurée en 1999) accueille l’une des plus grandes commandes d’art public de Louise Bourgeois – une fontaine de bronze haute de huit mètres – ainsi que trois paires de Eye Benches en granit, clin d’œil espiègle au plaisir d’observer les gens.

louise-bourgeois-Pittsburgh-agnes-katz-plaza-Eye-Benches-fountain
Louise Bourgeois, fontaine et Eye Benches. © 2020 The Easton Foundation/Licensed by VAGA at Artists Rights Society, NY

Mesurant près de neuf mètres de haut et incorporant quelque 70 nuances de verre et de miroir, des fossiles et des minéraux du monde entier, Coming Together (2001) est la vision de Niki de Saint Phalle sur le yin et le yang, un appel à l’unité comme l’évoque son nom. Située près du San Diego Convention Center, cette sculpture est l’une des cinq œuvres publiques de l’artiste franco-américaine qui décorent la ville, signe des liens étroits qu’elle a entretenu avec la région (elle a passé ses dernières années à La Jolla, à proximité). Trois autres œuvres sont à découvrir dans Waterfront Park et une dernière sur le campus de UC San Diego.

niki-de-saint-phalle-Coming-together-san-diego
Niki de Saint Phalle, Coming Together.

La monumentale Floating Figure de bronze de Gaston Lachaise célèbre non seulement la femme sur laquelle elle a été modelée – son épouse et muse de toujours, Isabel – mais l’essence même de la femme. L’un des rares moulages de l’original, datant de 1927, est visible à Hunter’s Point South Park dans le Queens, à New York, jusqu’à la fin du mois de septembre 2021. (Un autre est exposé sur le campus de Princeton, dans le New Jersey.)

floating-woman-gaston-lachaise-nyc-queens-Hunter-Point-South-Park
Gaston Lachaise, Floating Figure.

Plusieurs villes américaines possèdent des sculptures publiques géantes du fondateur de l’art brut, Jean Dubuffet, reconnaissables à leur style « livre de coloriage ». En fibre de verre et assez grandes pour que l’on puisse marcher non seulement autour mais aussi à l’intérieur d’elles, les statues Monument with Standing Beast (1984) située devant le Thompson Center de Chicago, Group of Four Trees (1972) sur la place Chase Manhattan à New York et Monument au Fantôme (1983), dans le Discovery Green de Houston, mesurent entre dix et douze mètres de haut. Sur la place de l’Embarcadero à San Francisco, La Chiffonière (Rag Woman, 1978), en acier inoxydable, est plus discrète mais reste néanmoins imposante avec une hauteur de sept mètres.

Jean Dubuffet, Monument with Standing Beast.

En 2018, l’artiste et designer Camille Walala, qui vit à Londres, a transformé la façade d’un immeuble de sept étages dans le quartier de Sunset Park, à Brooklyn, avec son trompe-l’œil Pop City Mural, dont la palette vibrante s’inspire des couleurs qui baignent le paysage urbain au coucher du soleil.

Camille Walala, Pop City Mural.

En acier Corten, la Ligne indéterminée (2004) de dix mètres de haut reflète la fascination durable de Bernar Venet pour le thème de la ligne – ici, ce thème n’est pas été déterminé mathématiquement, comme dans la grande majorité de son travail. Première œuvre de l’artiste à cette échelle, elle se dresse devant le Colorado Convention Center à Denver. Une sculpture plus petite, 222.5° Arc x 5 (2007), se trouve dans le Commons Park de la ville. Comme son nom l’indique, elle résulte d’un ensemble de calculs précis.

bernar-venet-Ligne-indeterminee-Indeterminate-Line-denver
Bernar Venet, Ligne indéterminée.

Installation inédite de la célèbre artiste conceptuelle Sophie Calle, Here Lie the Secrets of the Visitors of Green-Wood Cemetery invite les visiteurs à se confier sur le papier et à déposer leurs confidences dans une tombe de sa conception. Inaugurée en 2017 près de l’entrée principale de ce vaste cimetière historique de Brooklyn, elle restera en place jusqu’en 2042.

Sophie Calle, Here Lie the Secrets of the Visitors of Green-Wood Cemetery. © Leandro Justen/Courtesy of Creative Time

Mêlant art et architecture, les structures à grande échelle de Marc Fornes, spécifiques aux sites qui les accueille, sont à la fois high-tech et organiques. Son studio new-yorkais, THEVERYMANY, a signé des œuvres d’art publiques dans nombre de villes américaines, dont Tampa, Charlotte, El Paso et San Antonio.

Marc Fornes, The Form of Wander. © NAARO, Tampa


Article publié dans le numéro d’avril 2021 de France-AmériqueS’abonner au magazine.

Le meilleur de la culture française

Publiée dans un format bilingue, en français et en anglais, la revue France-Amérique s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la culture française et à l’amitié franco-américaine.

Déjà abonné ? Se connecter