Subscribe

« Les survivants du séisme ont soif et respirent de la poussière »

Diana Pierre-Louis est une enseignante d’origine haïtienne à La Nouvelle-Orléans. Elle tente désespérément d’obtenir des nouvelles de ses frères et de ses proches à Port-au-Prince. Témoignage.

Au bout du fil, la voix est fatiguée. « Je suis dévastée par les nouvelles en provenance de mon pays », glisse Diana Pierre-Louis, enseignante haïtienne à La Nouvelle-Orléans. « J’ai essayé toute la nuit d’obtenir des nouvelles de mes frères, mais je n’ai pour l’instant pas réussi ». Dans le quartier de Port-au-Prince où réside sa famille, beaucoup de maisons se sont effondrées sous l’impact du séisme d’une magnitude de 7 sur l’échelle de Richter qui a frappé mardi la capitale haïtienne. C’est ce que lui ont raconté des voisins qu’elle a réussi à joindre par téléphone.

« Une amie du quartier à qui j’ai pu parler m’a dit que les survivants ont soif, qu’ils respirent de la poussière et ne peuvent pas se déplacer pour essayer de chercher du secours », poursuit Diana Pierre-Louis. « Beaucoup de personnes ont été frappées par des blocs de béton des maisons qui se sont effondrées. Une amie était dans sa maison au moment du tremblement de terre. Elle a senti le sol trembler sous ses pieds et a juste eu le temps de sortir. Elle a en revanche dû creuser un trou après le séisme pour sortir sa mère des décombres ».

En plus de ses deux frères, Diana Pierre-Louis est sans nouvelles de ses tantes et d’autres proches. Cette catastrophe pourrait avoir fait des dizaines de milliers de victimes et a fait des dégâts matériels considérables en Haïti.

Envoyez-nous vos témoignages et vos photos à l’adresse info@francetoday.com.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related