Subscribe

Les visages sucrés de Pascal Baudrey

Boulanger-pâtissier installé à San Francisco depuis quatre ans, Pascal Baudrey sculpte des personnages en sucre. Par amour du challenge mais aussi pour apporter un peu de douceur à ce monde de brutes.

« Quand j’avais 17 ans et que j’étais apprenti dans une pâtisserie, une vieille dame est arrivée un jour, se rappelle Pascal Baudrey. On voyait qu’elle était pauvre. Elle cherchait frénétiquement les dernières pièces dans son porte-monnaie pour acheter un cornet à la crème à son petit-fils, en espérant qu’il serait bon. Quand j’ai vu ça, je me suis dit : “Pascal, c’est pour des gens comme ça que tu vas travailler” ». C’était il y a 31 ans, mais depuis, le pâtissier franco-suisse a gardé cette volonté d’être un simple artisan qui délivre aux clients des saveurs de qualité.

Pourtant, derrière cette modestie affichée, Pascal Baudrey a l’âme d’un amateur de défis. Déjà, en France, il battait des records. Comme celui de la marmite en chocolat la plus lourde du monde ou celui du millefeuille le plus long du monde dans les années 90. Pour l’ancien pilote automobile Emerson Fittipaldi, il a même construit une voiture de course en biscuit.

C’est encore par amour du challenge qu’il s’est mis à la sculpture en pâte de sucre. Il se rappelle : « Un jour, un cuisinier américain avec lequel je travaillais m’a dit : “Vous, les Français, vous étiez forts en cuisine dans les années 60, mais maintenant, vous n’êtes plus rien” ». Piqué au vif, le pâtissier s’est mis en tête de prouver que l’Hexagone n’était pas en reste niveau créativité. Il a décidé de se lancer dans la sculpture de personnages en sucre, un exercice minutieux qu’il n’avait jamais pratiqué auparavant, mais qu’il a maîtrisé très rapidement.

D’Astérix à Obama, en passant par Blanche-Neige et les sept nains, Pascal Baudrey a façonné des dizaines de figurines mangeables, pour le plaisir. « Bien sûr, à terme, j’aimerais bien les vendre, reconnaît le pâtissier. Mais pas n’importe comment », précise-t-il, insistant sur la nécessité de maintenir la meilleure qualité de fabrication. En attendant, il continue à faire son pain à La Boulange, célèbre chaîne de boulangeries françaises à San Francisco, et ne cesse de se fixer de nouveaux défis. « J’aimerais bien faire quelque chose pour Pixar ! », confie-t-il.

Infos pratiques:

Pascal Baudrey est boulanger à La Boulange

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related