Livre

« L’influence du français sur la langue anglaise est insoupçonnée »

Né d’une mère anglaise et d’un père français, Anthony Lacoudre a grandi dans le bilinguisme. Cet avocat partageant sa vie entre Paris et New York s’est passionné pour la prédominance des mots d’origine française dans la langue anglaise. Il en a tiré un livre étonnant, L’incroyable histoire des mots français en anglais, où l’on apprend que les Américains ne parleraient finalement qu’un français anglicisé. Qui aurait cru que les mots nice, very ou stuff venaient du français ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

France-Amérique : Quand sont arrivés les premiers mots français dans la langue anglaise ?

Anthony Lacoudre : L’élément déclencheur est l’arrivée de Guillaume le Conquérant, qui devient roi d’Angleterre en 1066. Duc de Normandie, il parle naturellement français. Il donne toutes ses terres en Angleterre à des barons normands. Dès lors, le français est parlé parmi les élites et le vieil anglais, parlé depuis 500 ans, est la langue du peuple.

Comment peut-on retracer l’arrivée des premiers mots français dans le langage anglais courant ?

Il y a des traces écrites à partir de 1100, grâce aux dictionnaires étymologiques qui datent précisément l’arrivée de nouveaux mots. Ce ne sont absolument pas des supputations. Il y a des preuves écrites. Des mots comme « cardinal », « prison », « justice », « couronne » (devenu crown), ainsi que tout le vocabulaire aristocratique (« marquis »), militaire, juridique et religieux datent de cette époque et témoignent de l’influence du français. La langue anglo-saxonne, dérivée du vieil allemand, ne s’écrivait pas et était très rurale. Donc quand les Normands sont arrivés avec des nouveaux concepts de culture, d’art et d’organisation du gouvernement, les mots français ont été utilisés car ils n’existaient pas en allemand à l’époque.

N’est-ce pas le latin plutôt que le français que l’on retrouve dans la langue anglaise ?

Par fierté, les Anglais préfèrent parler d’une influence latine. Mais quand ils disent animal, fruit ou village, c’est pourtant bien du français. Affirmer que c’est du latin revient à dire que le français n’existe pas. Evidemment, le français vient à 80 % du latin. Il y a entre 5 et 10 % de la langue anglaise qui vient directement du latin, sans passer par le français. Cette influence latine a commencé à la fin du Moyen Âge jusqu’à la Renaissance. Des mots comme prominent ou tremendous sont tirés directement du latin. On ne les utilise d’ailleurs pas en français.

Comment expliquez-vous que la révolution industrielle a été une période faste d’invasion de mots français dans la langue anglaise ?

La révolution industrielle a été à l’origine de nouveaux mots pour toutes les langues, avec par exemple « turbine », « microbe », « téléphone » ou encore « photographie ». On retrouve ces mêmes mots en anglais car c’est une langue qui a une tradition d’accepter des mots étrangers au lieu de créer les siens. Ils ont aussi intégré des mots allemands et japonais plutôt que de créer les leurs à partir de suffixes ou de préfixes anglo-saxons.

Vous évoquez aussi dans votre livre l’influence du français dans les insultes…

Le mot « insulte » déjà vient du français ! Vous avez cretin, imbecile, rascal, coward (qui vient du français « couard » signifiant lâche), stupid, bastard. Lorsque les Anglais étaient en France lors de la guerre de Cent Ans, les négociations avaient lieu en français entre les officiers anglais et Jeanne d’Arc. Ils se sont échangés des lettres bourrées d’insultes en français !

Pourquoi aucun mot français n’a intégré les dictionnaires anglais depuis près de quarante ans ?

Le mouvement s’est arrêté dans les années 1960. Bustier est l’un des derniers mots français à avoir intégré le vocabulaire anglais. On constate que depuis, les années 1950-1960, c’est l’anglais qui s’immisce dans la langue française, sous l’influence des Etats-Unis. Au XVIIIe siècle, il y avait déjà eu l’intégration de mots anglais dans la langue française, mais c’était assez marginal.

Utilise-t-on aujourd’hui dans la langue française des mots anglais qui trouvent en réalité leur origine dans le vieux français ?

Bien sûr, les linguistes parlent d’allers-retours. Le mot people par exemple pour évoquer les célébrités, vient du mot « peuple » qui a intégré l’anglais au Moyen Âge. Nice vient de « nice » qui au Moyen Âge voulait dire stupide. Le sens a changé avec le temps. Le bacon vient du mot français « bacon », qui désigne une pièce de lard. Mais on le prononce aujourd’hui avec l’accent anglais alors que c’est un mot français ! Les mots anglais dans la langue française sont encore très marginaux par rapport au nombre de mots français dans la langue anglaise. L’influence du français sur la langue anglaise est considérable et insoupçonnée.


L’incroyable histoire des mots français en anglais
d’Anthony Lacoudre, Walworth Publishing, 2015. 350 pages, 30 dollars.

couv-cover-france-amerique-magazine-septembre-september-2021-pop-up

Le meilleur de la culture française

Publié dans un format bilingue, en français et en anglais, le magazine France-Amérique s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la culture française et à l’amitié franco-américaine.

Déjà abonné ? Se connecter