Subscribe

Marée noire: Pris dans la tempête, BP suspend ses opérations

L’arrivée imminente de la tempête tropicale Bonnie dans le golfe du Mexique a forcé BP vendredi à suspendre ses opérations autour du puits à l’origine de la marée noire, tandis que les équipes luttant contre la pollution quittaient la zone.

A 12H00 GMT, Bonnie balayait la côte Atlantique de la Floride avec des vents soufflant à 65 kmh, selon le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami.

La tempête se trouvait à 130 km au sud-sud-est de la métropole de Floride et devrait atteindre le golfe du Mexique dans la soirée à une vitesse de 31 kmh.

Bonnie devrait ensuite se diriger tout droit vers la région affectée par la marée noire et toucher terre dans le sud de la Louisiane dimanche matin, selon les projections du NHC.

En prévision de l’arrivée de la tempête, le géant pétrolier BP a annoncé vendredi la suspension temporaire “des activités sur le site du puits” dont la fuite a provoqué la pire catastrophe écologique de l’histoire des Etats-Unis.

Le puits, qui a été obturé il y a huit jours, «reste fermé en ce moment», a poursuivi BP, assurant qu’il continuerait à surveiller le site «aussi longtemps que le temps le permettra».

«La durée de la suspension des activités sur le puits dépendra du temps», a ajouté BP, dont la plateforme DeepWater Horizon, qui a sombré dans les eaux du Golfe le 22 avril, est à l’origine de la vaste pollution.

Sur place, Thad Allen, le responsable des opérations de lutte contre la marée noire pour l’administration américaine, a indiqué jeudi qu’«en raison du risque que la tempête tropicale Bonnie fait peser sur la sécurité des quelque 2 000 personnes travaillant à la lutte contre la marée noire dans la zone du puits, nombre des bateaux et plateformes vont se préparer à évacuer. Cela inclut la plateforme de forage des puits de dérivation qui permettront de colmater définitivement le puits», a-t-il précisé.

Thad Allen a reconnu que cette évacuation pouvait «retarder les efforts visant à boucher définitivement le puits menés depuis plusieurs jours» mais, a-t-il ajouté, «la sécurité des personnes sur la zone est notre plus grande priorité».

L’évacuation de tous les bateaux et ingénieurs qui s’activent pour mettre en oeuvre les solutions destinées à boucher définitivement le puits endommagé – le forage de deux puits de secours et une opération consistant à injecter un mélange de matières liquides et solides puis du ciment directement dans le puits – retarderait de deux semaines ces travaux, avaient indiqué précédemment les autorités américaines.

Le dispositif, mis en place il y a huit jours et qui a permis de stopper provisoirement le flot de pétrole, pourra en revanche rester en place et ainsi éviter une aggravation de la pollution, selon M. Allen.

Au plan politique, la Maison Blanche a indiqué que le président Barack Obama, son épouse Michelle et leurs deux filles se rendront en vacances en Floride le week-end du 14 août pour montrer leur solidarité avec les habitants des zones touchées.

Vendredi, des universitaires américains, dans un entretien à la BBC, ont accusé BP de tenter d’acheter le silence de chercheurs afin de se protéger. Le géant pétrolier a réfuté toute «restriction» sur la communication de données scientifiques dans le cadre d’un programme de réhabilitation du golfe du Mexique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related