Subscribe

Menacé d’expulsion, un boulanger français attend toujours d’être fixé sur son sort

Le 30 novembre 2009, Xavier de Marchi, boulanger français installé à Indian Rocks Beach, en Floride, se voyait refuser la prolongation de son visa d’investisseur. Trois mois plus tard, il ne sait toujours pas s’il va pouvoir poursuivre l’exploitation de son commerce aux États-Unis.

11 jours. C’est le temps qu’il reste à Xavier de Marchi et sa famille pour espérer avoir le droit de poursuivre l’exploitation de leur commerce en Floride avant un retour forcé en France le 3 mars. Après avoir fait appel au refus de la prolongation de son visa d’investisseur, Xavier de Marchi espère que ses efforts serviront à convaincre l’immigration américaine. Le boulanger a changé d’avocat et rassemblé du monde autour de sa cause qui a fait grand bruit dans la presse américaine et française. « Aujourd’hui, mon avocat vient de renvoyer un dossier supplémentaire et coordonne les appels entre l’ambassade américaine, Gaël de Maisonneuve, consul de France à Miami, et Bill Nelson, sénateur de Floride. Je ne sais pas si je vais récupérer mon visa E-2, mais c’est comme au rugby, il faut mettre la tête en avant », affirme l’homme originaire de Bergerac (Dordogne).

Comme le délai de réponse est habituellement supérieur à 4 semaines, la famille De Marchi va probablement être obligée de rentrer en France pendant que la procédure se poursuit. Elle espère pouvoir refouler le sol américain avec des papiers en règle pour continuer à faire tourner sa boulangerie. Cette attente n’effraie pas Xavier de Marchi, qui dit « ne pas s’énerver à la française et prendre le tout avec le sourire. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related